.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

{vengeance} les articles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63288
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Dim 10 Mar 2013 - 22:42


_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63288
MessageSujet: sud ouest Mar 12 Mar 2013 - 20:34

Landes : Benjamin Biolay, le superbe

Mercredi, Benjamin Biolay, compositeur, musicien surdoué et très convoité, passera par les Bourdaines. À ne pas rater

On a quinze minutes pour lui parler. Quinze minutes dans une voiture qui le conduit d’une répétition vers une salle dont on n’a pas compris le nom, via un téléphone dont le son gondole, pour tout arranger. Alors on s’accroche. On oublie les premières questions et tout ce que l’on a déjà lu cent fois : l’enfance à Villefranche-sur-Saône, le tuba dans une harmonie, puis le trombone à coulisse au conservatoire, le disque écrit pour Salvador, le bad boy devenu compositeur adulé, sa passion pour le foot et le basket... Le tout mille fois mieux écrit dans les hebdos qui comptent, sa belle gueule à la une. Élégance plutôt Dior hommes que « Trash yé-yé ».

Après l’effervescence médiatique qui a accompagné la sortie de « Vengeance » - album qui a eu le redoutable privilège de succéder au sublissime « La Superbe » -, cinq mois de quasi-silence ont suivi. Silence à peine troublé par les dernières Victoires de la musique et la sortie du film d’Agnès Jaoui « Au bout du conte ». Mais ouf, Benjamin Biolay, dit « BB » a repris la route avec une tournée qui a commencé vendredi à Enghien. La deuxième date d’un marathon qui va se poursuivre jusqu’en juillet - passant par le Casino de Paris et les Francofolies - est pour nous, à la salle des Bourdaines de Seignosse. Et c’est mercredi.

« Un nouveau voyage »

Qu’a-t-il fait de ce temps ? Il raconte dans un flux doux et rapide la préparation de cette tournée, le choix des titres, « l’équilibre subtil à trouver entre les anciens et les nouveaux albums ». « Chaque tournée est un nouveau voyage. Il faut se renouveler. » Il a déjà fait cinq-six dates, surtout en Allemagne. Mais on ne peut rien en conclure. Le public n’a pas le même rapport à ses titres. Ainsi, « Vengeance », peut être plus ou moins consensuel, y a marché très fort. Les premiers concerts serviront à cela : capter les vibrations et s’adapter. Et retrouver cette lame de fond dans la salle quand fusent les premières mesures de « La Superbe » ? Il en convient. « Oui c’est très fort! » Mélancolique et pudique.

Quelle aventure, une tournée ! Il aime bien cette ambiance : les répétitions, les balances, les « after » avec les musiciens où l’on gratte quelques morceaux « pour chanter des bêtises ». Ambiance enfumée, un verre à la main. Une cigarette que l’on devine « omnifumante » au bout des doigts, il assure qu’il se prépare comme un sportif. Mais après deux vannes gobées comme une groupie de 14 ans, on en vient à douter.

Alors puisqu’il reste un peu de temps au chrono, on aimerait approcher du mystère : comment ce génial compositeur compose-t-il ? Un thème qui vient sur une guitare ? Sur un clavier ? Que l’on travaille des nuits durant en studio, devant une console ? Et comment arrivent les mots ? Bref comment naît « La Superbe » ou encore, dans le dernier album, ce titre mille fois réécouté, « Ne regrette rien » avec la participation fiévreuse d’Orelsan dans un orage musical éblouissant. Face à l’avalanche de points d’interrogation, il répond comme on s’en doutait. « C’est très variable. Il n’y a pas de recette. Écrire un texte qui semble littéraire ne prend pas forcément plus de temps qu’un truc simplissime. » Et comment compose-t-on pour des personnes aussi différentes qu’Isabelle Boulay ou Vanessa Paradis, à qui il a écrit sept titres du prochain album ? « On pense à la voix, à la personnalité. Il faut être très respectueux de ces jeunes femmes qui vous font confiance. On ne va pas faire de révolution ! »

« Super fier »

Grande semaine pour Benjamin Biolay avec le début de cette tournée et la sortie du film d’Agnès Jaoui. On le sent très à l’aise avec le cinéma, presque plus léger quand il en parle. « Je suis super-fier de jouer à côté de grands acteurs. » Quinze longs-métrages figurent déjà à sa filmographie. Il explique que le cinéma l’aide à « être plus à l’aise avec son corps et sa gueule ». Quatre ou cinq films vont sortir cette année dont « L’Art de la fugue » avec Agnès Jaoui, actrice cette fois, Laurent Lafitte, Marie-Christine Barrault.

Côté chanson. Il compose. Pour qui ? Carl Barât , l’ex-chanteur des Libertines. Il écrit pour lui, aussi. Quand faudra-t-il se ruer sur les bacs ? Réponse : « Ah! Ah! » Il a eu 40 ans en janvier et alors ? Bon, la réponse ne plairait pas aux oreilles de tout le monde, mais en clair : il s’en fiche. Lennon n’avait pas dit que la vie commençait à 40 ans. Il est mort quelques mois plus tard... Alors, on regrette la perte de temps de la question.

Il va être l’heure. Vite fait, on risque la question classique sur sa connaissance de notre belle région. « C’est le climat que je préfère ! » Fierté. « J’ai découvert les Landes en allant chaque été chez Mitterrand. » « Ah bon ? » s’exclame-t-on benoîtement. « Non, je déconne ! » ajoute-t-il en se marrant. Du coup, il glisse que c’est grâce à un « cousin » qui bossait « dans le staff de Juppé ». Peu importe. On sait juste que c’est un des rares compositeurs à employer autant le mot conifère dans ses textes et l’on veut y voir un signe. « On reste dieu merci à la merci d’un conifère » : ainsi débute « La Superbe »

http://www.sudouest.fr/2013/03/11/bb-le-superbe-990938-722.php

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Mar 12 Mar 2013 - 21:30

merci lili Wink
ils sont fans à sud-ouest!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Qu'est-ce que ça peut fai
quelque part à paris



Féminin
Nombre de messages : 2895
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Mer 13 Mar 2013 - 18:13

Marie France - avril 2013

Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63288
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Mer 13 Mar 2013 - 19:30

merci qu'estce Smile

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Miss Mimi88


http://lejeudessepterreurs.skyrock.com/

Féminin
Age : 29
Localisation : Dans la Merco Benz...
Nombre de messages : 63
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Mer 27 Mar 2013 - 13:45

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Fred
vois des mirages



Masculin
Age : 40
Nombre de messages : 2329
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Jeu 28 Mar 2013 - 14:01

on s'autorise à penser dans les milieux autorisés qu'un accord secret pourrait être signé... Razz

Si c'est comme l'intégrale...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Jeu 18 Avr 2013 - 19:52

Benjamin Biolay : "J'aimerais faire un son pour Jay-Z" :

Il a ce petit je-ne-sais-quoi qui agace autant qu'il séduit. Cette attitude détachée, cet air frondeur, qui conjugués à un génie indiscutable, lui confèrent, aux yeux de certains, une forme d'arrogance. D'autres verront là l'expression d'un caractère complexe qui ne fait pas de concession.

Adulé, critiqué, Benjamin Biolay, qui a eu, en plus, l'audace de se rendre crédible au cinéma, ne passe pas, en tout cas, inaperçu dans le paysage de la pop française. Il en apparaît même aujourd'hui comme le grand patron depuis que La Superbe en 2009 a su mettre tout le monde d'accord, le public, la critique et les professionnels. Succès commercial, concerts bondés, deux Victoires de la Musique, n'ont pas pour autant altéré la carapace rugueuse de l'artiste. Avec, La vengeance, son dernier disque, Benjamin Biolay signe un album très rock dans la forme et dans l'esprit, où il ose enfin explorer le hip hop. Un disque charnel et radical.

Comment doit-on comprendre ce titre "Vengeance" ?
Benjamin Biolay : C'est un mot qui me plaît. C'est aussi le titre d'une chanson phare à partir de laquelle j'ai construit mon disque. J'ai donc choisi Vengeance non pas par provocation mais parce que je trouvais ça joli.

Comment vivez-vous la consécration que vous a apportée "La Superbe" ?
B.B. : Je ne suis pas quelqu'un d'adulé particulièrement. Il y a toujours des gens qui me détestent, qui ont une aversion envers moi. D'autres qui s'intéressent à moi. En tout cas, je ne le ressens pas. Je ne suis pas consensuel. Mais je vais m'en cacher de plus en plus parce que les retombées sont trop fortes. Avant j'avais tendance à répondre à tout. Et il suffit que deux, trois sites de merde sortent des phrases hors de leur contexte pour faire le buzz sur Internet. Moi, je passe pour un con. En plus, c'est totalement mensonger. Mais c'est trop tard, le mal est fait.

Comment avez-vous abordé ce disque après le succès du précédent ?
B.B. : Comme j'ai vu que La Superbe démarrait fort à ma grande surprise, je me suis vite mis au travail pour ne pas avoir la pression. Du coup, l'approche n'étant pas la même, je savais que ce serait un disque plus ardu, que ce ne serait pas la grande claque. Il n'y a pas comme dans La Superbe, des chansons fédératrices. Je voulais qu'il soit totalement différent.

C'est un disque très rock, tout en étant kaléidoscopique...
B.B. : Oui. C'est un disque protéiforme et impulsif. Je l'ai abordé de façon virile, au sens de brute. Je voulais quelque chose de flamboyant. Un disque rauque, sans calcul. Il est du coup à l'image de ce qu'on trouve dans mon Ipod. Je dis toujours que je suis un musicien blanc qui rêve de faire de la musique noire.

Il y a donc ce pas que vous franchissez vers le hip hop avec Orelsan et Oxmo Puccino
B.B. : Ce sont des personnes que je connaissais humainement. Je suis donc allé chercher tout naturellement. On peut croire que nous sommes de familles musicale éloignées mais en tant qu'auteur, on est de la même famille. Par exemple, moi j'adore les rimes internes que l'on retrouve beaucoup dans le rap.

Vous n'avez pas perdu en tout cas votre sens du mélodrame
B.B. : Si j'étais cinéaste, c'est sûr que je ferais des mélodrames. J'ai la chance par mes chansons de pouvoir inventer un monde de toutes pièces. C'est très ludique.

D'où votre plaisir de faire du cinéma ?
B.B. : Oui, c'est là encore une chance. Parfois, j'ai le sentiment de faire le même métier. J'y trouve la même passion à le faire. Mais je travaille beaucoup pour être de mieux en mieux.

En quel sens cette expérience influe sur votre musique ?
B.B. : Sur scène. Maintenant, je suis moi totalement. Le fait d'avoir joué des rôles m'a satisfait. Je n'ai plus besoin de m'en chercher un sur scène. Avant j'avais une imagerie précise, celui du dandy. Je mettais des cravates. Je me tenais d'une certaine manière. J'étais vraiment con. Je savais que le personnage que je m'étais créé n'était pas loin de moi mais il prenait trop de place. Maintenant, je me lâche, je n'ai pas peur de rapper et je me laisse aller à ce mouvement de bras qui vient tout seul quand tu rappes. C'est fou ! Tous les rappeurs font ça, maintenant je sais pourquoi (rires).

Qu'est-ce qui vous enthousiasme le plus, écrire pour vous ou les autres ?
B.B. : Les autres. C'est plus difficile pour moi, c'est plus intérieur, plus douloureux. En plus, je n'ai pas de miroir.

Avec qui aimeriez-vous travailler alors ?
B.B. : J'aimerais faire un son pour Jay-Z, Kanye West, Rihanna. C'est kiffant quand tu fais un son que quelqu'un y pose ses mots et que tu vois une chanson naître de ce travail collectif. C'est ça qui me plaît dans le rap. La musique ne se fait pas tout seul.

En concert ce soir à 20h30 au Pasino à Aix, demain à 20h au Silo à Marseille et samedi à 20h à Montfavet.


source :
http://www.laprovence.com/article/loisirs/2315984/benjamin-biolay-jaimerais-faire-un-son-pour-jay-z.html
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mimi




Féminin
Age : 29
Localisation : pau
Nombre de messages : 101
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Jeu 18 Avr 2013 - 20:12

J'adore cet article, cette interview est top et l'introduction également!! Merci éphèse Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4117
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Jeu 18 Avr 2013 - 23:24

éphèse a écrit:
Benjamin Biolay :B.B. : J'aimerais faire un son pour Jay-Z, Kanye West, Rihanna.

source :
http://www.laprovence.com/article/loisirs/2315984/benjamin-biolay-jaimerais-faire-un-son-pour-jay-z.html

Un son qui ferait du bruit.
Merci Ephèse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Ven 19 Avr 2013 - 19:25

De rien Mister Clown et Balance - moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: {vengeance} les articles Jeu 25 Avr 2013 - 20:10

Benjamin Biolay beaucoup moins angoissé sur scène :

Le cinéma lui a permis de se libérer. A (re) découvrir ce jeudi soir en concert au Printemps de Bourges.

Avec le recul comment expliquez-vous que vous ayez enfin trouvé le succès avec La Superbe, qui est pourtant sans doute votre album le plus personnel et exigeant ?
Benjamin Biolay : « Disons que le succès je l’avais déjà eu en terme de ventes, mais c’est vrai que là c’était transcourant, avec des gens qui n’étaient pas habituellement intéressés à ma musique. Donc, oui, c’était une surprise, mais une très bonne surprise. »

Que vous expliquez comment ?

« Je n’en sais rien. A force de publier des disques, peut-être qu’il y a un moment où ils ressortent, où le style devient un peu plus familier. Moi, je n’ai pas trop d’explications. Je me contente juste d’être très heureux. »

C’est quelque chose qui vous échappe ?

« Oui, mais tant mieux. Il ne faudrait pas se mettre à cogiter sur les raisons des choses parce qu’alors ça devient un cercle vicieux et on a des réflexions qui nous sortent de la vérité de la musique ou du plaisir de créer. »

La Superbe, Ne regrette rien. Vous avez une sorte de manie pour les chansons fleuves. Pour vous, il y a quelque chose de particulier qui s’installe sur la durée ?

« J’aime bien les climats exotiques, les choses un peu éthérées qui évoluent. Pour faire beaucoup de nuances dans la musique, il faut parfois un peu temps sinon c’est comme un montage très speed en cinéma. C’est très cut, un peu violent. Moi, j’aime bien les nuances au sein de la même chanson. Ces chansons un peu fleuve comme vous dites me permettent dans les textes et musicalement de me faire plaisir. De faire des choses un peu évolutives, comme des petits films. »

D’installer un climat ?

« Je reconnais que ce qu’il y a de plus dur dans la chanson, ce n’est pas ça. C’est au contraire d’écrire des chansons parfaites de deux minutes quarante. Mais il y a des chansons qui ne s’y prêtent pas. Sur scène, c’est particulièrement plaisant ce genre de titres. Le temps s’accélère. »

Votre dernier album La Vengeance fait la part belle au rap. Qu’est-ce qui vous plaît tant dans le rap ?

« Toutes les musiques ont tendance à me plaire. Je ne fais pas de distinguo. J’aime beaucoup le rap. Je me sens proche des auteurs de rap. Je suis d’une génération qui a écouté du rap, du rock, plein de choses de la même façon. »

Justement, est-ce que la façon d’écrire du rap, vous a influencé ?

« Oui, parce que c’est pointu. Il y a beaucoup de rimes internes qui sont des rimes pauvres, pas des rimes du dictionnaire des rimes. C’est des rimes qu’il faut trouver parce que c’est des sonorités qui ressemblent à des rimes parfois, mais qui n’en sont pas. J’aime cette gymnastique intellectuelle. Il y a des auteurs de rap que je trouve être des plumes absolument admirables. »

Vous semblez aujourd’hui être beaucoup plus libéré sur scène qu’à vos débuts. Est-ce d’avoir joué au cinéma qui vous a aidé ?

« Oui, bien sûr. Après je saurais pas dire à quel moment exactement, parce ce que c’est des choses dont je n’étais pas vraiment conscient. Mais c’est une certitude, parce que ça concorde au niveau des temps. C’est vrai que quand on se met à nu dans tous les sens du terme parfois au cinéma, on se lâche complètement. Après, ça parait moins dur d’être juste soi-même sur une scène. Moins angoissant en tout cas. »

Justement concernant votre carrière d’acteur, est-ce que vous la considérez comme un second métier ou comme un hobby ?

« Non, c’est un second métier, une seconde passion. Ce n’est plus un hobby. C’est, dieu merci, évidement un choix à chaque fois qu’on me propose un film. Quand c’est une démarche, j’y prends vraiment mon pied. J’adore ça. Je commence à progresser, à avoir un petit peu de bouteille. Ce qui me permet d’être plus compétent, plus malléable pour le metteur en scène et moins anxieux à l’idée de donner de mon image. »

Si vous ne deviez citer que trois artistes ou groupes qui vous ont le plus influencés, quels seraient-ils ?

« Deux artistes qui ont été membres de groupe : John Lennon et Morrissey. Et de manière contemporaine, j’aime beaucoup ce que fait Jay-Z. Son talent, sa vie, sa carrière. Pas parce qu’il est milliardaire, mais parce qu’il est toujours aussi créatif. »

Votre soutien à François Hollande lors de la dernière présidentielle a fait pas mal jaser. Est-ce que vous regrettez d’en avoir parlé ?

« Je devrais regretter quoi ? D’avoir fait acte de militantisme. Non, non. Je vais pas le lâcher ou retourner ma veste. C’est très très dur. J’observe et je suis attentif aux mouvements de société. Mais je ne vais pas regretter mon choix ou oublier comment était la France avant pour autant. »

Pour vous, c’est naturel en tant que chanteur de parler de vos choix de militant ?

« Non, ça ne l’est pas. Et puis d’ailleurs ça pourrait être une grande réflexion sur l’intérêt de ces comités de soutien. Je pense qu’on n’apporte aucune voix à nos candidats. Bien au contraire. Mais moi, j’ai toujours milité. J’ai pas attendu d’être chanteur. J’allais pas m’arrêter parce que je suis chanteur. »

Pour tout savoir sur le printemps de bourges 2013, rendez-vous sur notre dossier complet
Propos recueillis par Vincent Leblé

source :

http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Loisirs/Fetes-festivals/n/Contenus/Articles/2013/04/25/Benjamin-Biolay-beaucoup-moins-angoisse-sur-scene-1424454
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: {vengeance} les articles

Revenir en haut Aller en bas

{vengeance} les articles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les petits articles de Waam
» Vos articles et vos comptes-rendus sur le 11 novembre 2010 :
» [Recherche] Articles Mylène Farmer
» Articles divers dans la presse papier
» Vends articles ALIZEE + MYLENE FARMER
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les insulaires ¤ forum non officiel sur benjamin biolay :: benjamin biolay-