.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Quelques traces en nous de... Biolay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
avatar

frenetik
mélancolique et alors

http://www.pinkfrenetik.com/blog

Masculin
Age : 31
Humeur : Si tu refuses de te rendre // Je ne viendrai plus jamais
Localisation : Paris / Paris
Nombre de messages : 510
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Jeu 12 Mai 2016 - 10:39

Pareil, j'arrive après la bataille.
Merci pour ce lien best-of, très sympathique, j'aurai juste retiré Raté, qui porte bien son nom je trouve Laughing
Mon best of je mettrais

Dans la Merco Benz (celle qui m'a fait découvrir BB, orgasme auditif dès les premières notes à chaque fois que je l'écoute)
Je ne passerai pas l'hiver
L'eau claire des fontaines
C'est l'avantage
Dans Paris
La Superbe
Reviens mon amour
Laisse aboyer les chiens
Ground Zero bar (peut-être ma favorite all of time)
Nuits Blanches


Sinon, avec un ami on avait fait un playlist pre-PalermoHollywood, juste avant la sortie de l'album. Avec les anciens titres de BB qui nous donnaient l'impression qu'ils auraient pu être un prémice de l'album Palermo Hollywood (je ne sais pas si vous me suivez).
Le titre, la mélodie, le texte, le contexte de ces titres nous faisait déjà voyager entre Buenos Aires et Paris. On y avait aussi intégré les 3 premiers singles de PH :

Palermo Hollywood
Buenos Aires
Billy Bob
Pas Besoin de permis
Que reste-il de nos amours
Kites (Cerfs volants)
Venganza
Orly Dur
Cactus Concerto
Tu es mon amour
Miss Miss
Profite
Des lendemains qui chantent
Revoir Paris
La toxicomanie
Quelque part on m'attend
Le bonheur mon cul
Confettis
La débandade


Dernière édition par frenetik le Jeu 12 Mai 2016 - 10:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63263
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Jeu 12 Mai 2016 - 10:48

frenetik a écrit:
Merci pour ce lien best-of, très sympathique, j'aurai juste retiré Raté, qui porte bien son nom je trouve Laughing
ayaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa t as des chances que je sois contre les châtiments et de m être sympathique vin'fren

frenetik a écrit:
Sinon, avec un ami on avait fait un playlist pre-PalermoHollywood, juste avant la sortie de l'album. Avec les anciens titres de BB qui nous donnaient l'impression qu'ils auraient pu être un prémice de l'album Palermo Hollywood (je ne sais pas si vous me suivez).

bonne idée ça , faudra que je réécoute à la suite

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

julien
la flamme sacrée et des converses

http://lejournaldunbridgejaune.com/

Masculin
Age : 31
Humeur : Bientot papa :)
Localisation : dans ta bouche
Nombre de messages : 30748
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Jeu 12 Mai 2016 - 19:55

jeu : il dit le mot "cheetah" dans Palermo Queen

à votre avis dans quelle autre chanson il dit aussi "cheetah" ?

lol!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63263
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Jeu 12 Mai 2016 - 21:02

dans une ancienne tu veux dire ?

pas la forme ? en chantant j ai l impression d entendre cette mélodie, tarzan cheetah

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Jeu 12 Mai 2016 - 22:08

je sèche, vite la réponse Julien bounce
.
Et je commence aussi à ressentir comme un jeu de piste sur cet album, les titres en miroir des anciens titres, comme un clin d'oeil, un regard sur le chemin parcouru car "à mesure que le temps passe, je mesure le temps qui passe"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

julien
la flamme sacrée et des converses

http://lejournaldunbridgejaune.com/

Masculin
Age : 31
Humeur : Bientot papa :)
Localisation : dans ta bouche
Nombre de messages : 30748
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Ven 13 Mai 2016 - 9:10

lili a écrit:
dans une ancienne tu veux dire ?

pas la forme ? en chantant j ai l impression d entendre cette mélodie, tarzan cheetah

bien joué!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Ven 13 Mai 2016 - 21:26

Trop forte lili cheers
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ion-ion
pas hippie chic mais quand même



Féminin
Age : 36
Localisation : Rennes
Nombre de messages : 165
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Sam 14 Mai 2016 - 19:29

A mon tour j'arrive bien après la bataille mais j'ai voulu essayer aussi d'en choisir 10. Ca a été beaucoup plus compliqué que je ne le pensais. Il m'aurait fallu au moins le double de chansons pour être tout à fait satisfaite.
J'ai mis celles qui reviennent toujours et dont je ne me lasserai probablement jamais...
Voilà donc ma sélection (avec des regrets pour celles que j'ai dû laisser de côté, j'ai l'impression de les abandonner ou de les trahir ) :

Les cerfs volants
Paris/Paris
La superbe
Raté
La pénombre des Pays-Bas
Négatif
Qu’est-ce que ça peut faire
La chambre d’amis
Dans la Merco Benz
Bien avant

Pas mal de Trash yéyé qui reste je pense mon préféré avec aucun "déchet"... même si Palermo Hollywood devient de plus en plus un chouchou non négligeable. Plus je l'écoute, plus je l'aime !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

melvil75
plus jamais d'horaires



Masculin
Nombre de messages : 10317
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Dim 15 Mai 2016 - 16:52

Belle sélection, merci d'avoir joué le jeu Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Marion02
rêve de cures de sommeil



Féminin
Age : 33
Nombre de messages : 4247
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Dim 15 Mai 2016 - 17:26

Bien après tout le monde... mes 10:

Les cerfs-volants (mon vrai incontournable)
Los Angeles
Nuits blanches
Bien avant (avec cette intro au piano) drunken
Laisse aboyer les chiens
Padam (version concert)
La superbe
Tout ça me tourmente
Des lendemains qui chantent
Revoir Paris
Revenir en haut Aller en bas
avatar

le zebre




Nombre de messages : 24
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Lun 16 Mai 2016 - 15:58

Pour moi :

Les cerfs volants
Night shop
Tant le ciel était sombre
Qu'est ce que ca peut faire
A l'origine
Laisse aboyer les chiens
Nuits blanches
Regarder la lumiere
Glory Hole
Moi Rien

Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63263
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Lun 16 Mai 2016 - 20:50

je me retrouve pas mal dans vos hits ion ion et marion Smile

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1124
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Sam 4 Juin 2016 - 0:18

Palermo H, comme des traces parallèles.
Quelques photos mémoires, modestes effleurements d’un autre univers.
Depuis tant de temps, l’envie de ce pays.Bien avant que BB ne nous en suggère le goût.
Si loin, si proche, Argentine.
On est parti, malgré tout, avec trois doses de PH dans les valises…

C’est le matin de Pâques.Il y a un mégaphone qui parcourt les rues de Palermo. Je vous l’assure. On ne comprend pas son message. Il est un peu loin. Mais cette voix surgit comme une trace et un signe posés dans cette première aube argentine.
Les trottoirs de Palermo. Chaotiques et baroques comme cette ville qui semble s’inventer en permanence. Des bas et des hauts, des buildings et de jolies maisons provinciales. L’architecture ici est en expression libre.
Il y a des chiens noirs, aussi, oui. Partout. Un peu sauvages, un peu doux. Et d’autres aussi, ailleurs, en troupes, dans les " barrios " huppés tenus en laisse par les " paseadors de perros ".
Dans cette ville, dont on aime à prononcer avec bonheur le beau nom donné, par les marins, de Buenos Aires, il y a aussi, bordées de grands bâtiments très imposants et fiers, des avenues, tirées au cordeau, dont on ne devine pas la fin. Et, dessus, un fourmillement de milliers d’humains et de voitures. Un homme nous dit : " au volant, nous sommes des animaux, parfois domestiqués… "
Les taxis, eux, prennent en permanence et, sans vergogne, la diagonale du fou.
C’est le 29 du mois de mars. On parcourt les rues du Micro-(Mega)centro.Tout à coup des cameras et des journalistes.
Par terre, une grande tache de sang fraîchement sablée sur le trottoir. A l’aube de ce mardi là, un homme est mort, tué, par erreur, par un autre en moto. Petite chronique de la haine et de la misère ordinaire dans le ventre de la cité.

A Palermo,les carrefours ne sont pas aigus mais souvent  tronqués, presque tous habités par des terrasses qui paraissent offertes à la douceur de vivre.
Il y a des murs peints, explosions de couleurs et d’imaginaires, autant de galeries d’art à ciel ouvert offertes aux yeux des hommes.
Des librairies. Beaucoup dans Buenos Aires. Une immense, dans un ancien théâtre,El Ateneo. Vous pouvez lire dans une loge et prendre un verre sur la scène.Et puis, des cafés-librairies, propices aux belles rencontres. Et l’ombre de Borges qui rode à quelques pas.
Du vert.Du vert. Les « bosques », grand parc  avec un lac pour y canoter tendrement.
Tant  de rues aux voûtes arborées, comme intimes. A passer des journées entières dessous.
Et puis cet incroyable stade jaune et bleu dédié à la divinité foot, posé dans cette "Boca"  populaire, traversée par endroits de couleurs fulgurantes tentant de sublimer le pauvre quotidien.
Il y a un cimetière dans le quartier chic de Recoleta, presque gai, où loge pour l’éternité, Eva Peron. Et,  autour, des cafés, des restaurants, remplis de monde. Mort et vie font ici bon ménage.
Et ce quartier tout jeune de Porto Madero, en recherche.  Plutôt  assez riche et pour moi, un peu triste.
 
Et puis la gare routière, pas loin du Rio et des milliers de containers, avec une  multitude de quais pour tous ces bus qui sillonnent en permanence le pays. Prendre le bus ici, c’est un peu basculer dans un autre monde.Quand on quitte la gare, juste en dessous, on tombe tout de suite sur d’autres visages, une autre face de la ville, très, très humble. Quand on prend ces bus en route, la chaleur et la transpiration vous saisissent.Ces gens voyagent depuis tellement d’heures, une vingtaine parfois ! Il y a bien peu de trains dans cette immensité.

Dans le nord ouest, dans Salta, la belle coloniale et pieuse, il y a dans des églises aux couleurs vanille-fraise, de longues files de gens qui attendent pour avouer leurs pêchés. Assez inimaginable!

Et, justement, ici, encore comme un signe. Tout près de Salta, dans la douce maison des Jasmins, un soir, on se connecte aux "Sonotone". La clameur des journalistes parisiens enthousiastes nous parvient. Passe un court extrait de »Palermo Queens » : » près des mines de Salta… »
Incroyable mais tout à fait vrai ! L'écume lumineuse a donc franchi le grand océan.

Et puis plus loin, beaucoup plus loin de la tentaculaire capitale, au delà de la vaste pampa, il y a des champs de vignes  à perte de vue au pied de la Cordillère des Andes qui règne, si émouvante, en majesté.Une Pachamama qui veille et protège les grappes de cet autre sang qui irrigue les veines des habitants de cette terre.

" La gente ", comme ils disent. Les indiens d’abord, à la peau d’ambre et aux visages nobles comme sculptés dans les rochers des vallées andines.
Et puis les autres,les sangs mêlés. Portenas et portenos, habitants de la capitale. Si belles et si beaux. Vraiment.
Ils sont là,comme témoins flagrants que le métissage reste bel et bien  une des sources de la beauté humaine du monde.
Terriblement vivants.Ils dévorent la vie comme ils mordent dans leurs énormes morceaux de viande et avalent leur malbec.
Ils sourient et mettent de l’Italie dans leurs syllabes hispaniques qui tanguent.
Comme ils tanguent, eux. Dehors, mais aussi dans les bars de San Telmo sous le regard réveur de J. Cortazar, ou dans la salle de la Cathedral, celle de la Débandade. Elégants, basculants, enchevêtrés, précis comme suspendus dans un ailleurs sensuel.Ils repoussent les limites du temps. Alors la nuit leur appartient, remplie de musique.
Cette musique,si présente qu’ils peuvent même l’offrir, parfois, si généreusement.
Au Teatro Colon, magnifique ouvrage à l’italienne, il y a le dimanche matin tous les mois, un concert. Gratuit ! Il n’y a qu’à prendre ses places et on s’installe. Et on se retrouve comme dans un film de Visconti. De Bach à Piazzola, les voix et les instruments s’élèvent, jeunes, dans l’enthousiasme et la liberté. Oui,on est entrés ici, dans ce beau temple, libres.Un rêve !

Et puis, un  jour il va bien falloir partir, quitter ce continent.
Alors boire encore un pisco sour,se faire une dernière terrasse et une ultime course éperdue dans les avenues infinies.
Et, le lendemain, quand l’avion s’est  arraché à cette terre , on a aperçu,très loin la ligne de la ville, skyline de cristal dans la tombée du jour. Comme un mirage. Ou un songe ?
Remplis de cette fièvre désormais ancrée en nous.Comme nous l’avaient déjà communiqué les sons et les mots d’un certain chanteur français, nommé BB, qui a fait sienne leur folle mélancolie.    
On dit que les argentins la portent en eux parce que, comme émigrants, ils gardent l’éternelle nostalgie du pays perdu.

Juste pour clore ces quelques impressions, un extrait  d’un poème  mis en musique, ce matin là, au Teatro Colon :
« Solo la sed                        
 el silencio
ningun encuentro

cuidate de mi amor mio
cuidate de la silenciosa en el desierto
de la viajera con el vaso vacio
y de la sombra de su sombra »

« Rien que la soif
et le silence
nulle rencontre

Prends garde mon amour prends garde
A la silencieuse  dans le désert
La voyageuse au verre vide
Prends garde à l’ombre de son ombre »

                        Alejandra Pizarnik, poétesse argentine
                                           1936-1972


Et enfin, merci. Merci beaucoup pour les traces, à Benjamin Biolay, flamboyant passeur d’étoiles qui tanguent…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

chtite-marie
ni brune ni blonde



Féminin
Age : 36
Humeur : Princesse Wesh Wesh
Localisation : dans les rues de Paris Paris
Nombre de messages : 15331
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Sam 4 Juin 2016 - 14:44

Merci Angela pour ce beau récit
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Sam 4 Juin 2016 - 19:35

merci Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1124
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Dim 5 Juin 2016 - 15:46

Merci, Marie et Flo Smile .
J'avais peur que ce soit un peu long , mais ce pays est géant et les souvenirs sont à son image. Et où mieux qu'ici en donner quelques affleurements.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

melvil75
plus jamais d'horaires



Masculin
Nombre de messages : 10317
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Dim 5 Juin 2016 - 16:02

Joli pèlerinage Angela, merci Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1124
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Ven 10 Juin 2016 - 0:34

melvil75 a écrit:
Joli pèlerinage Angela, merci Wink
Pas tout à fait mais des sensations, c'est certain .
Pour le pèlerinage, il aurait fallu trouver, une image, une affiche. On aurait mis une petite offrande, ptit  bouquet, ptit verre de vin.  Mais non, pas encore.Wink
Enfin, avec la flamme qu'il déclare à ce pays et à B A  jusqu'à dire qu'il pense y finir ses jours, et, la belle image sonore qu'il apporte, qui sait si, le pays reconnaissant, ne pourrait pas, entre Francesco el Papa et San Martin, el Libertador, lui ériger une petite statue, el amante par exemple,  dans ce Palermo H dont il évoque , parfois, à l'heure actuelle, le peu d'intérêt... Signé BB bien sûr! Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1124
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Jeu 16 Juin 2016 - 15:53

La trace manquante..
Le 25 mars au matin, avant de voler vers B A, vite la réservation pour Fourvière. Pour ne pas manquer ce moment unique. Comme  un joli point d'orgue à cet inoubliable voyage  mais... il n'y aura pas de Palermo-sur-Rhône sur mon chemin. Intense fatigue et  concours de circonstances défavorables  en auront eu raison.
Annulation. Grande tristesse. Et déchirement car, " la  vie est brève et le désir sans fin".
Il reste Pleyel, bien sûr et Rouen mais, cela n'aura jamais le même goût.
Une très belle photo a été postée sur instagram.
https://www.instagram.com/p/BGsMvR2B6D9/?taken-by=palermo.hollywood

J'ai cru un instant qu'il pouvait s'agir du décor du spectacle. Mais je crois qu'il n'en est rien. En tout cas le sentier est lumineux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1124
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Jeu 11 Aoû 2016 - 23:05

Ah, Biolay! Parfois, on a la tentation de ne plus vous aimer...
Quand pour seule actualité, dans ce coeur d'été, on ne découvre presque que de laidselfies, (excepté le dernier) un peu chargés d'ego, qui semblent n'exister que pour finalement n'engendrer que des rivières miroitantes et sucrées.
La face, le côté face, c'est vrai, on l'oublierait presque, existe chez l'acteur.
J'ai tendance à n'envisager que le côté du musicien, mélodiste poétique tant apprécié, qui se pose, pile, dans le creux de nos émotions.

...Un peu plus, tout de même, quand  les balises musicales que vous lancez, s'accordent  dans une ribambelle éclectique  qui de  Getz à Drake en passant par Donny Hathaway pour terminer au bord de ces superbes Flaming lips, viennent nous ravir.

...Et, quand, rassasiée de ce Palermo, après un long temps d'absence, tout revient comme un boomerang latin, d'aussi loin, de là-bas...
Quand Palermo Queens vous emporte à nouveau et que la Débandade qui s'en suit vous prend par le coeur, que la Tendresse année zéro (triple zéros) vous étreint et  vous ballade vers les nuits de Pas sommeil, du tout, alors, oui, Biolay, on risque de vous aimer encore pas mal!

Que la Marguerite, bientôt, vous entraine vers les profondeurs certaines de ses mots-musique, car s'il est une écriture qui s'y entend pour faire sonner les mots à leur place idoine, c'est bien la sienne . Même pour dire l'impensable.

"Il faut beaucoup aimer les hommes.Beaucoup, beaucoup.Beaucoup les aimer pour les aimer.Sans cela ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter." M.D


Dernière édition par Angela le Ven 12 Aoû 2016 - 1:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63263
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Ven 12 Aoû 2016 - 0:25

bonne citation

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

leesharpe




Masculin
Age : 43
Humeur : Mélancolique, et alors ?
Localisation : Paris
Nombre de messages : 19
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Jeu 25 Aoû 2016 - 18:42

Tout d'abord, bravo Angela ! Quelle prose. Je bois tes paroles écrits.
Cela fait bien longtemps que je ne suis plus venu sur ce forum, mais je vais revenir plus souvent!
Je suis un BB fan de longue date, puisque j'étais abonné à la liste de diffusion d'email La Palmeraie, qui narrait l'actualité de notre Benjamin et également de Keren Ann. (Jean-François est peut être également présent sur ce forum ? )
D'ailleurs, à l'époque, on pouvait discuter avec Benjamin et son email yahoo, il venait de temps en temps poster un message.
Je m'étais permis de lui envoyer un petit email d'encouragement  suite à son concert à l’Élysée-Montmartre en 2001, et il m'avait gentiment répondu.

Bon, passons sur cette nostalgie de vieux schnock et voici ma sélection de chansons I love you :

"Toi mon amour je t’aime
Mais la chambre est d’un froid
Rien qu'un sinistre abat-jour
Et la tiédeur d'un radiateur
Sans trop entrer dans les détails
Il est grand temps que je m'en aille
Peu m'importe que tu aies quitté l'Europe
Peu m'importe que tu fasses encore la morte
Tu mets la barre un peu plus haut, tu mets la barre toujours plus haut chaque jour

Moi, la nuit, je repense au soleil
Et je vide toutes les bouteilles
De la coke et trois lithiums
C'est la routine
Qu'as tu fait de ta belle bouche
Ton goût pour les lieux bien louches
La vie douce-amère,
Avait un goût acide
Dans le ciel, comme un flair
Comme un fluide

J'avoue les pieds dans l'eau
La vie est belle, Ainsi soit-elle
Je voudrais m'éteindre ici
ou pas loin de l'Italie
on prendra la vie comme elle vient
on prendra la vie si on veut bien
on marche plus,on avance
Mais le matin qui suit ,jeté du paradis
Je reprendrais mes billes ,ma montre Bulgari
Et reviendrais ici ,dans la chambre d'amis...
Dans ta langue d’infirme, Il faut que tu m’affirmes
Que tu me quittes comme, comme dans les films"

Avez vous reconnu toutes les chansons? (j'ai triché, il y en a un peu plus de 10, mais je ne pouvais pas faire mieux   )
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63263
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Jeu 25 Aoû 2016 - 21:27

sympathiquement divulgué ! bon retour parmi nous Wink

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

melvil75
plus jamais d'horaires



Masculin
Nombre de messages : 10317
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Ven 26 Aoû 2016 - 23:40

Ca donne envie de retrouver les titres, je suis un peu rouillé, je n'ai pas tout pour le moment

Bon retour Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1124
MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay Sam 3 Sep 2016 - 0:02

Leesharpe, merci.Et comme il est agréable de parcourir tes liaisons qui loin d'etre dangereuses se revelent vraiment bienheureuses  juste avec ce choix  å la pointe de la melancolie qui sied si bien å  l' oeuvre de BB.
Mais j'ai un peu l'impression de rêver quand tu parles de dialogue avec BB.
Cela se passait dans des temps tres anciens, il me semble .
Comme quoi  aujourd'hui, dans ces moments de, soi-disant, grande communication universelle, tout parait de plus en plus å sens unique reduit å des posts hautement narcissiques et qui donc sont le degré zero d'un vrai dialogue.
Une sorte de machine infernale,  haut fourneau de la notorietė qu'il faut fournir en permanence de peur qu'il ne s'arrête. Affreux!
Alors, Il faut vraiment se  resserer en soi et s'en tenir strictement à la musique  et å l'oeuvre dont on nous nourrit. Amen!
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques traces en nous de... Biolay

Revenir en haut Aller en bas

Quelques traces en nous de... Biolay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Quelques traces en nous de... Biolay
» [Jeu] Offrons-nous des cadeaux...
» Quelques photos de mes scoots
» [scan chili] Tù n°01/2011 Nous n'oublierons jamais le Chili
» Comment enlever les traces de velcro ?
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les insulaires ¤ forum non officiel sur benjamin biolay :: benjamin biolay-