.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Isabelle BOULAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

benjaminsabine90
combien de temps



Féminin
Age : 26
Humeur : Reviens mon amour
Localisation : En Suisse
Nombre de messages : 1058
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Ven 21 Oct 2011 - 10:24

ouais bon c'est pas terrible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Ven 21 Oct 2011 - 13:42

Je trouve cet album excellent......... C'est le carton assuré
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Mar 25 Oct 2011 - 18:26

UN DEUXIÈME APERÇU DU NOUVEL ALBUM D'ISABELLE BOULAY 19 octobre 2011

TEASER 1



TEASER 2

http://vimeo.com/30763471

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Killua01
si tu suis mon regard

http://deslendemainsquichantent.wordpress.com/

Masculin
Age : 27
Humeur : Gourou LGS (et BB dans la vraie vie)
Localisation : Paris
Nombre de messages : 791
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Lun 31 Oct 2011 - 14:02

éphèse a écrit:
Je trouve cet album excellent......... C'est le carton assuré

L'album est déjà en écoute quelque part?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vava3003
si loin de chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon coeur s'emballe comme ça



Féminin
Age : 51
Localisation : Ile de France
Nombre de messages : 15604
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Jeu 3 Nov 2011 - 7:05

[b]Isabelle Boulay, Benjamin Biolay Passer à l’ouest[/b
http://voir.ca/musique/2011/11/03/isabelle-boulay-benjamin-biolay-passer-a-louest/

Isabelle Boulay: "Benjamin Biolay a rêvé de l'Amérique comme moi j'ai rêvé de la France, et on se rencontre quelque part au milieu de l'Atlantique."



Pour faire voyager ses pièces country-folk bien queb’ jusque dans les oreilles des Français, Isabelle Boulay s’est offert les services de Benjamin Biolay à la réalisation de son nouveau disque Les grands espaces.

Certains sursauteront d’apprendre l’union entre Isabelle Boulay, cette incontournable voix de la pop francophone, et l’enfant chéri de la chanson française dite plus à gauche, Benjamin Biolay. Or, ce serait bien mal connaître la carrière de la Québécoise qui rayonne dans l’Hexagone depuis la parution, en 2000, de son album Mieux qu’ici-bas, un disque réalisé par Biolay alors dans l’ombre de sa console de son.

C’est même grâce au succès de l’album de Boulay, 1,5 million d’exemplaires vendus, et bien sûr à celui de Chambre avec vue d’Henri Salvador, sur lequel Biolay signait quatre pièces, que le réalisateur est devenu l’homme de main de nombreuses compagnies de disques, réalisant, arrangeant et composant pour tant d’artistes (sa soeur Coralie Clément, Karen Ann, Raphael, Stephan Eicher, Juliette Gréco).

Le duo a d’ailleurs remis ça sur Tout un jour (2004) avant qu’Isabelle ne passe davantage de temps au Québec à promouvoir son album country De retour à la source (2007).

Or cette fois, la chanteuse souhaitait voir son country-folk traverser l’Atlantique. Benjamin Biolay devenait le passeur idéal, il restait simplement à savoir s’il accepterait de retrouver la belle rousse, lui qui a mis un frein aux collaborations depuis ses quelques apparitions au cinéma (Pourquoi tu pleures? de Katia Lewkowicz) et l’immense reconnaissance acquise avec ses albums solos. Récompensé en 2010 par les prix Victoires de l’Artiste interprète masculin de l’année et de l’Album de chansons/variétés de l’année pour La superbe, disons que le Français n’a pas besoin des albums des autres pour arrondir ses fins de mois.

"J’ai pris l’avion pour aller voir son spectacle et lui faire la demande, se souvient Isabelle Boulay. Je me sentais comme si j’allais faire une demande en mariage. Je me doutais qu’il pouvait dire non à cause de son emploi du temps chargé, mais quand je lui ai parlé du projet, que je lui ai donné carte blanche pour amener mes racines nord-américaines dans le territoire européen, il a vite accepté. Parce que les Français ont une manière différente d’intellectualiser la musique, Benjamin me semblait le réalisateur parfait. Il a une manière assez sauvage et primitive d’aborder la musique, bien qu’il la connaisse parfaitement. Il a la maîtrise, mais il s’abandonne dans ce qu’il fait."

"Pour Isabelle, il n’y avait qu’à demander, lance le grand ténébreux. Dès que je l’ai entendue pour la première fois, il y a maintenant plus de 10 ans, j’ai su que c’était typiquement le genre d’artiste avec qui je voulais fusionner. C’est pas si compliqué de construire les chansons d’Isabelle parce que lorsqu’elle chante, il y a comme une lumière qui s’installe dans la pièce. Tout ça est impossible avec une chanteuse qui n’est pas si sincère."

De P.K. Subban à Willie Nelson

Rencontré cet été aux Studios Piccolo à Montréal, le duo mettait la touche finale aux Grands espaces, un album influencé par les paysages d’Amérique du Nord, sa musique, son vécu. En plus de quelques nouvelles chansons dont la pièce-titre écrite par Steve Marin, Isabelle Boulay y interprète Mille après mille popularisée par Willie Lamothe, Jolie Louise de Daniel Lanois, True Blue en duo avec la grande Dolly Parton et Summer Wine de Lee Hazlewood chantée avec Benjamin. Ce dernier se défend au passage d’avoir appliqué une quelconque couche de vernis pour adoucir l’album au goût des Français. "Je l’aime, moi, cette musique. J’écoutais Johnny Cash avant même de savoir que c’était du country. Je n’ai pas vraiment eu besoin d’européaniser le disque. Mais tu vois, les gens du marketing en France nous demandent d’éviter de dire le mot "country" pour présenter l’album."

Trop péjoratif? "Je crois que beaucoup de mélomanes français connaissent bien leur country, la Carter Family, Hank Williams, mais pour le Français moyen, sans vouloir être condescendant, le country se résume à Eddy Mitchell. Les jeunes aiment bien le folk de Bonnie Prince Billy, mais connaissent à peine celui de Willie Nelson."

"Même s’il est majoritairement chanté en français, je ne trouve pas le disque plus québécois que nord-américain, rétorque la chanteuse. Je voulais qu’il y ait de l’espace dans ce disque, de la dimension. Benjamin est un vrai connaisseur de musique country. Il a rêvé de l’Amérique comme moi j’ai rêvé de la France, et on se rencontre quelque part au milieu de l’Atlantique. On a essayé de créer une musique aussi inspirée de la grande variété française, une variété de luxe puisque je reprends Souffrir par toi n’est pas souffrir de Julien Clerc et Où va la chance? popularisée par Françoise Hardy."

Benjamin Biolay avoue tout de même qu’il aurait été plus difficile de produire le disque à Paris. "C’est le décor montréalais qui m’a grandement inspiré. Ça semble anodin, mais ce sont les petits détails qui font la différence. Un soir en sortant du studio, j’ai pris un taxi dans lequel le chauffeur écoutait Crosby, Stills, Nash & Young… Tu ne vois pas ça en France", confie le musicien fan des Canadiens de Montréal. "Chaque fois que je suis ici, je vais voir un match. P.K. Subban! Quel défenseur explosif!"

Mort au snobisme

Soyons honnêtes, un fossé digne du Grand Canyon existe entre le registre populaire d’Isabelle Boulay et celui, plus cérébral, des disques de Benjamin Biolay. S’il semble impossible de voir les publics des deux artistes se mélanger, au Québec du moins, aucune caste musicale n’existe dans la tête du réalisateur. "Il ne doit pas y avoir de snobisme. Je ne crois pas à ces histoires de gauche ou de droite en musique. On joue la musique de nos rêves, et on essaie constamment d’atteindre ce rêve. Pour certaines personnes, Les grands espaces sera un disque très à gauche, mais ça ne l’empêchera pas de devenir un album populaire."

"Nos registres sont peut-être différents, mais quand Benjamin travaille avec moi, il sait très bien comment faire entrer sa fantasmagorie dans mon univers", croit Isabelle qui laisse la conclusion à son acolyte: "J’ai pas toujours envie d’écouter de la musique cérébrale. J’ai parfois besoin de quelque chose de plus léger. Pour moi, Julien Clerc et Alain Bashung sont des artistes de la même qualité qui ne se sont pas exprimés de la même façon."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1066
MessageSujet: isabelle Boulay Jeu 3 Nov 2011 - 15:12

Merci pour l'article,Vava! Smile

La photo est chouette. Et j'aime aussi la phrase:

" ll a une manière assez sauvage et primitive d’aborder la musique, bien qu’il la connaisse parfaitement. Il a la maîtrise, mais il s’abandonne dans ce qu’il fait."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Jeu 3 Nov 2011 - 20:15

Killua01 a écrit:
éphèse a écrit:
Je trouve cet album excellent......... C'est le carton assuré

L'album est déjà en écoute quelque part?

ici : http://www.isabelleboulay.com/ecouteexclusive/index.php

le titre écrit par bb est 'voulez vous l'amour' * et leur duo est 'summer wine' (reprise de lee hazlewood)



je préfère la version d'hm pour voyager léger, faut dire qu'elles sont très proches, j'avoue ne pas avoir écouté le reste de l'album


Dernière édition par lili le Ven 4 Nov 2011 - 20:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Silvia de la Fuente
deseos euforicos de alcanzar el alba

http://silvia.gatopaz@gmail.com

Age : 46
Humeur : In Love
Localisation : Valencia.España
Nombre de messages : 1334
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Ven 4 Nov 2011 - 0:29

Quel beau duo!!!! Merci de partager ces belles images:-)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Ven 4 Nov 2011 - 10:45

pour les membres/invités québecois , il y a une itw bb & ib à voir ici : http://voir.telequebec.tv/

Le tandem Benjamin Biolay et Isabelle Boulay

Benjamin Biolay et Isabelle Boulay se retrouvent dans la création. Tel un couple, leur union se forme dans leur façon d’approcher la musique. Olivier Robillard Laveaux les rejoint au studio Picolo, là où le réalisateur et la chanteuse ont ficelé ensemble le nouvel album d’Isabelle Boulay, Les grands espaces.

un extrait ici : http://voir.ca/tv/2011/11/02/dominic-champagne-et-les-gaz-de-schiste-a-voir-tv/

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Killua01
si tu suis mon regard

http://deslendemainsquichantent.wordpress.com/

Masculin
Age : 27
Humeur : Gourou LGS (et BB dans la vraie vie)
Localisation : Paris
Nombre de messages : 791
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Ven 4 Nov 2011 - 17:58

lili a écrit:
Killua01 a écrit:
éphèse a écrit:
Je trouve cet album excellent......... C'est le carton assuré

L'album est déjà en écoute quelque part?

ici : http://www.isabelleboulay.com/ecouteexclusive/index.php

le titre écrit par bb est 'voulez vous l'amour' et leur duo est 'summer wine' (reprise de lee hazlewood)



je préfère la version d'hm pour voyager léger, faut dire qu'elles sont très proches, j'avoue ne pas avoir écouté le reste de l'album

Merci! Very Happy L'ancien fan que j'étais va écouter ça de suite. Oui oui, j'avais adoré l'album Mieux qu'ici bas Embarassed

C'est marrant d'ailleurs car ensuite je suis devenu "fan" de BB et c'est super longtemps après que j'ai appris qu'il avait réalisé cet album que j'avais tellement écouté plus jeune
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lebruitdeloeufdur




Humeur : assassine
Nombre de messages : 29
MessageSujet: Boulay/Biolay: la rime idéale? Sam 5 Nov 2011 - 10:53

Publié le 05 novembre 2011 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
Boulay/Biolay: la rime idéale?
http://www.cyberpresse.ca/arts/musique/201111/04/01-4464655-boulaybiolay-la-rime-ideale.php


Alain Brunet
La Presse
Au début de juillet, on a invité La Presse aux studios Piccolo, perdu dans le «far est» montréalais. Isabelle Boulay et son réalisateur, Benjamin Biolay, apportaient les dernières retouches à l'album Les grands espaces, que d'aucuns considéreront comme la proposition la plus élevée de la chanteuse jusqu'à ce jour.




La collaboration du Français et de la Québécoise remonte à une décennie, car Biolay avait participé à la création de deux albums de la chanteuse populaire (Mieux qu'ici bas et Tout un jour) qui mène une belle et vraie carrière en France comme on le sait. On a tôt fait de ressentir de très bonnes ondes dans ce studio. Artistes souriants et relax, heureux du travail accompli.

Se déclinent dans ces Grands espaces expressions française et anglo-américaines, duos avec Biolay et Dolly Parton, chansons originales et reprises de Benjamin Biolay, Étienne Roda-Gil, Julien Clerc, Jean-Louis Murat, Eddie Marnay, Daniel Lanois, Michel Rivard, Ève Déziel, Steve Marin, Gerry Joly, Lee Hazlewood, Phil Spector et plus encore.

Créé sous la direction de Benjamin Biolay, cet album est le fruit d'une remarquable complicité.

L'artiste français, cette fois, assume l'entière réalisation et s'en estime comblé :

« Pour les deux albums auxquels j'ai participé, nous n'étions pas les seuls à avoir les clefs de la voiture. Les albums précédents, je les avais coréalisés et je ne les avais pas mixés. Je réalisais plus ou moins la moitié. J'allais parfois trop à gauche pendant que Denis Savage (l'ingénieur du son) régulait mes excès (rires). Je n'allais pas vraiment jusqu'à la conclusion, jusqu'au processus définitif. Pour Les grands espaces, je savais que ce serait à la fois une suite hyper logique, et un virage qui ne dérouterait pas les fans d'Isabelle. Ils vont faire le voyage. »

Isabelle ne demandait pas mieux que de travailler avec lui :

« Je produis cet album, mais je m'estime coréalisatrice au huitième! (rires). J'aime me retrouver dans les rêves de Benjamin, dans sa fantasmagorie. C'est une des rencontres artistiques les plus marquantes de ma carrière. Il aborde la musique de manière primitive et sauvage et il a aussi la connaissance de la musique. Il travaille avec le coeur et l'intellect, c'est pour lui primordial, ça l'est devenu pour moi. Ça résume ma volonté d'aller vers lui. »

Très occupé à gérer sa carrière et son propre succès depuis la sortie de l'album La Superbe (en 2009), Benjamin a fait une exception avec Isabelle en acceptant de réaliser Les grands espaces :

« De la réalisation, je n'en fais presque plus. Ces dernières années, je l'ai fait pour mes amis - Keren Ann, ma soeur, Isabelle, l'avant-dernier de Julien Clerc... La Superbe a vraiment bien marché, j'ai longtemps tourné, je n'ai plus beaucoup de temps. Pour Isabelle, je l'ai fait par amitié. Et parce que je suis fan d'Isabelle, une de mes voix préférées. Déjà au printemps 2010, il y avait une énorme intention. Nous allions créer le scénario, procéder au casting des chansons et enregistrer au Québec avec des musiciens surtout québécois. Je connaissais déjà Rick Haworth, Jason Lang, Bob Stagg, ou encore le guitariste français Éric Sauviat qui passe beaucoup de temps au Québec. Les grands espaces, c'est notre son, celui qu'on a fabriqué ensemble. »

À son tour, Isabelle raconte le processus :

« Pour Nos lendemains, mon album réalisé par Dominique Blanc-Francard, Benjamin m'avait offert Ne me dis pas qu'il faut sourire, que j'estime la plus belle chanson de cet album. C'était le germe de ce qu'on allait ensuite faire ensemble ! En mai 2010, je suis allée l'entendre chanter au Casino de Paris. Par la même occasion, je lui ai demandé de réaliser cet album, ce qu'il a accepté avec enthousiasme. Nous y avons beaucoup réfléchi. Et ça a été fantastique... En mars 2011, nous avons passé 10 jours très intenses en studio. Nous travaillions à n'importe quelle heure, sans restrictions. Outre les chansons prévues au programme, d'autres se sont ajoutées au fil des écoutes en soirée, comme la reprise de Summer Wine (créée par Lee Hazlewood et chantée avec Nancy Sinatra), Où va la chance (une adaptation d'Eddy Marnay d'une chanson américaine de Phil Ochs) ou encore Souffrir par toi n'est pas souffrir (Étienne Roda-Gil-Julien Clerc). Il faut dire que notre ingénieur du son, Ghyslain-Luc Lavigne a été très présent à nos côtés. »

Country, folk, pop classique des années 60, un brin de variété française... Cet album est d'abord nord-américain, assure Biolay :

« La musique de votre continent, je l'avais d'abord découverte avec l'album double blanc des Beatles, très inspiré par le folk américain. Ce fut pour moi une porte ouverte pour Dylan, Donovan, etc. Alors? Il y a une décennie, j'ai ai quand même réalisé des albums américains, notamment pour Shivaree et Heather Nova. Négatif, mon deuxième album, comportait déjà beaucoup de country folk. Vous savez, il y a un vrai plaisir pour moi d'enregistrer en Amérique. Chez vous, c'est Isabelle, une de mes voix préférées, qui me le permet. C'est tellement facile de réaliser pour une artiste qui chante ainsi. On peut être relativement économe en termes de production, car on sait que la vraie voix va sortir. Dès que tu y ajoutes quelque chose, c'est mis en valeur. »

On ne s'étonnera point que la célébrissime Dolly Parton ait accepté d'enregistrer un duo avec Isabelle pour la chanson True Blue... signée Dolly Parton. La Québécoise raconte l'heureuse surprise :

« À Nashville, Je travaillais sur un projet (pas encore abouti) avec Gary Paczosa, et j'ai décidé d'interpréter True Blue. Sans me faire d'illusions, j'ai souhaité l'enregistrer avec elle en duo. Gary, qui la connaissait personnellement, lui a laissé un mot de ma part. Lorsque j'ai su qu'elle avait si gentiment accepté, je suis allée à Nashville avec Marc-André (mon conjoint, père de mon fils et mon producteur exécutif) pour assister à la séance. Elle a accepté que nous puissions être présent. Il faut dire que Dolly était la chanteuse préférée de ma grand-mère, j'ai vu ma vie défiler lors de cette prise de son! »

Après la sortie officielle des Grands espaces (mardi prochain), voici venir la tournée d'Isabelle :

« Fin novembre, je commencerai à chanter en France. Je ferai le Casino de Paris du 1er au 4 décembre après quoi une trentaine de dates y sont prévues jusqu'en février. La partie québécoise commencera en mars; le 8, je serai à l'Olympia de Montréal. C'est ma première vraie tournée depuis Comme ça me chante, que j'ai faite d'août 2010 à janvier 2011. La tournée de Nos lendemains, la précédente pendant laquelle mon fils Marcus est né, s'était déroulée de janvier 2008 à octobre 2009. J'ai vraiment hâte de me remettre dans cette énergie. J'y chanterai une bonne douzaine de chansons des Grands espaces, sans compter plusieurs autres de mon répertoire et des reprises que je n'ai pas enregistrées. Yves Desgagnés assure la mise en scène, les éclairages sont de Jacques Rouveyrollis. »

Après l'album d'Isabelle, Benjamin fait le sien :

« Je passerai l'automne à le préparer. J'aimerais bien venir chanter au Québec lorsque le nouvel album sera prêt.
Pour La Superbe, je ne sais vraiment pas pourquoi je n'ai pas tourné chez vous. J'ai pourtant fait l'Amérique latine : Chili, Urugay, Argentine, Brésil... Après cette tournée, j'ai fait du cinéma : Pourquoi tu pleures avec Emmanuelle Devos et Nicole Garcia, dont j'ai tenu le premier rôle et dont j'ai fait les chansons de la bande originale. »

Isabelle conclut sur Les grands espaces, un projet qui lui a donné l'occasion de «déjouer son petit bonhomme de chemin », pour reprendre cette belle image d'Ève Déziel - parolière de la chanson Partir au loin, mise en musique par Michel Rivard.

« J'ai grandi aussi dans le restaurant gaspésien de mes parents, on y écoutait autant de country que de variété française. Dans les bars de ma région, chaque reprise de grands chanteurs country (comme Johnny Cash) venait me chercher. Je suis devenue chanteuse, puis j'ai chanté autre chose mais le country-folk n'a jamais cessé de faire partie de moi. Maintenant, je peux le reconnaître et chanter ce répertoire sans me sentir dans l'imposture. Je crois donc avoir trouvé ce que je cherchais. J'essaie d'y amener de la beauté, de la profondeur, du raffinement, de la cohérence. De la variété grand luxe! Et je n'ai pas fini ce que j'ai à faire! C'est une destination. »

Benjamin abonde et réfute cette idée qu'une chanteuse populaire ne puisse élever son art et, du coup, attiser la curiosité de son public :

« Les artistes de variété qui retournent en arrière parce qu'ils ont peur de décevoir leur public, ça n'intéresse personne. Une vie de chanteur populaire, c'est aussi une vie d'artiste. Et un artiste doit voyager ! Selon moi, ceux qui n'avancent pas sont souvent mal entourés, victimes d'un management grotesque qui ne pensent qu'à une seule manière pour faire des sous... parce que cette manière a déjà fonctionné. En revanche, les rencontres forcées ne marchent jamais. C'est pourquoi la nôtre fonctionne. Nous avons chanté ensemble, nous avons fait des albums, plein de trucs. Il faut du temps pour bien connaître les désirs d'un artiste. »

Jointe cette semaine pour rafraîchir la conversation estivale, Isabelle boucle la boucle en faisant l'éloge de Benjamin.

« Il m'a écrit une chanson pour cet album (Voulez-vous l'amour?), joué des instruments, signé les arrangements et assumé la réalisation. Il s'est totalement investi de sa générosité, de sa délicatesse et de sa grande culture. Avec lui, j'ai travaillé sans pudeur, j'ai pu m'abandonner en toute confiance.»

Boulay, Biolay... la rime idéale? On pourrait le croire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Sam 5 Nov 2011 - 16:53

Disques - Country-folk pour tout le monde
Avec Benjamin Biolay comme réalisateur-arrangeur sur son nouvel album, Isabelle Boulay a décidé de ne « se badrer de rien »...

À retenir

LES GRANDS ESPACES
Isabelle Boulay
Chic Musique - Audiogram

Le pont Victoria à deux pas, des voies ferrées à quel-ques mètres. Petites maisons pas si petites parce que profondes, étroites façades aux portes donnant directement sur de petites rues, le quartier est ouvrier à l'anglaise, row homes d'une ère d'usines sans air. On ne devinerait pas que l'atelier d'Isabelle Boulay, qui avait la mer à sa fenêtre de petite Gaspésienne, se trouve là. Sa maison aussi, pas loin. C'est exprès. Le voisinage est à la bonne franquette dans Pointe-Saint-Charles. «J'ai la paix; je ne me sens pas obligée d'être en représentation.»

Isabelle Boulay, comprend-on, a recentré sa vie, une vie de famille avec enfant. Avant le petit Marcus, elle n'aurait pas invité des journalistes chez elle. «Tout s'est placé. J'ai mon atelier, au-dessus c'est nos bureaux de Chic Musique, on habite dans le coin. Je mène mon affaire à mon goût, simplement, le contact est plus direct avec tout le monde. C'est normal, j'imagine. Je vais avoir 40 ans l'année prochaine, tu sais?»

Dans l'atelier, une étagère de souliers en entrant. Rayonnage de disques, des tas de Félix au garde à vous. Des instruments de musique, éparpillés. Une belle guitare avec laquelle, précise Isabelle, son réalisateur-arrangeur Benjamin Biolay a composé Voulez-vousl'amour?. «Il est parti avec la guitare dans la nuit, il est revenu le lendemain matin avec la chanson; c'est fou, l'état de concentration dans lequel il s'est mis. Dix jours et nuits d'intensité incroyable. Il est comme ça.»

Sacrée chance de l'avoir eu à elle toute seule pour son nouvel album, le Benjamin. Biolay est de l'avis général au sommet de son art: plébiscité pour La superbe, bombardé Gainsbourg-à-la-place-de-Gainsbourg, désormais condamné à s'occuper de ses propres affaires en priorité. Révolue l'époque où le dandy en goguette alignait les réalisations pour Keren Ann, Gréco, Hardy, soeurette Coralie Clément et compagnie. Même s'il a travaillé avec Isabelle pour Mieux qu'ici-bas en 2000 et Tout un jour en 2004, «le mot courait que c'était pas mal fini pour lui, les réalisations». Qu'à cela ne tienne, la Boulay avait en tête son grand projet d'alignement des planètes de son univers, «un album de chansons québécoises, françaises et américaines avec des consonances country-folk dedans», et il lui semblait que Biolay seul pouvait l'aider à accomplir ça. «Faire l'album que j'ai passé toute ma vie à préparer...»

«On n'est pas le genre à décider ça au téléphone», raconte-t-elle. «J'ai pris l'a-vion, neuf heures de vol, c'était au moment du volcan islandais et des cendres partout, et je me suis retrouvée dans sa loge après le show du Casino de Paris pour faire ma grande demande. Quand je lui ai dit que je voulais marier dans des textures country-folk mes deux mondes de musique, mon country et ce je que j'appelle la variété grand luxe, Benjamin a compris tout de suite. Et surtout, il a dit oui.» J'évoque avec Isabelle un temps où elle destinait des disques de «variétés grand luxe» au marché français et ses amours country au Québec. Ainsi, en 2007, avait-elle enregistré deux albums, le très gaspésien De retour à la source et le franco-français Nos lendemains. Je me souviens parfaitement de mon incompréhension: pourquoi diable les Français si pétris d'Amérique ne raffoleraient pas d'un Paul Daraîche pur et dur? «Ce n'était pas le temps. Je pense que ça ne se pouvait pas encore, une chanteuse à voix qui chante du country en France. Le country en France, c'était bon pour les gars, Johnny, Dick Rivers, Eddy Mitchell, Francis Cabrel, même Bashung. Je pense qu'il a fallu des filles comme Rose pour ouvrir le chemin. Pour que même une chanteuse à voix puisse s'essayer...»

Grands espaces, vraie proximité

Elle pouffe et ça fait de l'écho dans l'atelier. «C'est drôle, chanteuse à voix. M'as-tu entendue chanter là-dessus?» Là-dessus, le plus souvent, Isabelle Boulay parle en chantant, ou chante en parlant. En fait moins que plus, tout le temps, sauf à la fin où elle se lâche presque lousse dans la reprise (inattendue) d'At Last, cette chanson de film des années 40 qu'Etta James a bluesée pour l'éternité. Isabelle Boulay a toujours eu de la mesure et une certaine pudeur, rarement a-t-elle ouvert la machine même si elle peut «donner de la voix» au besoin, mais à travers Les grands espaces, voyons-y le résultat d'une certaine stabilité émotionnelle, Isabelle est plus que jamais à proximité.

Tout lui vient sans forcer: justesse de ton, justesse d'émotion. Elle est partout chez elle, et nous sommes en quelque sorte reçus à souper. Ou reçus à l'atelier, comme moi. «Il n'y a plus d'interférence. À un moment donné, je pense que j'ai aboli la distance entre moi et Isabelle Boulay la chanteuse. Tu vois, Etta James, quand je pense à elle, je pense au show qu'on a vu, toi et moi, au Festival de jazz [en 2006, à Wilfrid]. Être à ce point-là totalement elle-même, au point que tout son côté lubrique n'est même pas vulgaire, c'était d'une légitimité intense. Tu vois ça et tu te dis: arrête de t'en conter. Tu veux faire du country, ma fille, fais-en. Ç'a donné De retour à la source, qui était moi chantant du country-folk au Québec, et aujourd'hui, ça donne Les grands espaces, qui est moi chantant sur des arrangements country-folk pour tout le monde.»

Finis les calculs distincts, les stratégies de mise en marché séparées. De la même façon que le dernier spectacle d'Isabelle Boulay s'intitulait Comme ça me chante, le nouvel album propose côte à côte du Michel Rivard et du Julien Clerc, du Jean-Louis Murat et du Steve Marin (splendide chanson-titre, road-movie manière A Thousand Miles to Nowhere de Dwight Yoakam), la merveilleuse ballade inconnue d'une jeune songstress de Nashville (Alyssa Bonagura, quelqu'un?) et la millième relecture de To Know Him Is to Love Him (étonnamment réussie), un duo avec Biolay et un autre, déjà fort publicisé, avec Dolly Parton. Tout ça coule de source, sauf peut-être la reprise avec Biolay du succès-culte Summer Wine de Nancy Sinatra-Lee Hazlewood, qui pousse le bouchon un peu loin. «Tu te l'enlèveras dans l'auto», lâche sans gêne Isabelle en fin d'entrevue. «Pour moi, pour la première fois, tout est cohérent. L'anglais, le français, les genres, les époques, le matériel original ou pas original, j'ai tout traité comme des chansons à moi. On ne s'est pas dit: faut pas plus que tant de chansons en anglais. Rien. C'est comme dans le film À St-Henri, le 26 août, le gars qui dit: "Dans la vie, faut pas se badrer..."» L'anglicisme, du verbe «to bother», résonne tout naturellement dans l'atelier de Pointe-Saint-Charles. «Ben, c'est ça. Pour cet album-là, on ne voulait pas se badrer de rien.»

Source : http://www.ledevoir.com/culture/musique/335272/disques-country-folk-pour-tout-le-monde
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Sam 5 Nov 2011 - 17:01

Le titre "Les grands espaces" est aussi un hommage à Bashung qui avait intitulé l'une de ses tournées : La tournée des grands espaces......... Dans cet album il y a l'une de mes chansons préférées : la nuit je ments



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Qu'est-ce que ça peut fai
quelque part à paris



Féminin
Nombre de messages : 2895
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Dim 6 Nov 2011 - 22:35

Citation :
lili a écrit:


L'album est déjà en écoute quelque part?

ici : http://www.isabelleboulay.com/ecouteexclusive/index.php

le titre écrit par bb est 'voulez vous l'amour' * et leur duo est 'summer wine' (reprise de lee hazlewood)


Merci pour le lien. Je n'ai jamais écouté d'albums d'Isabelle Boulay, seulement la chanson "Parle moi" et je me suis surprise à écouter cet album aujourd'hui et j'ai beaucoup apprécié.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Blind Boy Grunt
d'une mort à crédit



Nombre de messages : 400
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Mer 9 Nov 2011 - 10:46

C'était donc pas une blague ce travail avec Isabelle Boulay...
Biolay a quand même le goût pour la variété la plus variétisante, c'est pas la première fois qu'il visite ce genre de territoire.

De mon côté, je suis pragmatique.
Je vois pas l'interêt d'aller sortir de la merde une nana à la manière de chanter un poil ringarde - elle a un timbre, c'es vrai, mais je trouve vraiment qu'elle s'est pas s'en servir - et essayer de folkiser un son qui tape dans ce que la chanson compte de plus aseptisé.
Autant aller taper tout de suite dans des artistes avec un vrai parti-pris et une vraie âme artistique.

Isabelle Boulay, quoi.
C'est fini les chanteuses à la glotte hurlante.

Dons dans un acte de snobisme pur, j'irai donc davantage écouter le nouveau Bashung ou la réédition de Melody Nelson, plutôt que de vérifier la pertinence du grand écart Biolaysien - que je ne lui reproche pas d'ailleurs, ça m'amuse assez.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Qu'est-ce que ça peut fai
quelque part à paris



Féminin
Nombre de messages : 2895
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Mer 9 Nov 2011 - 17:11

Blind Boy Grunt a écrit:
C'était donc pas une blague ce travail avec Isabelle Boulay...
Biolay a quand même le goût pour la variété la plus variétisante, c'est pas la première fois qu'il visite ce genre de territoire.

De mon côté, je suis pragmatique.
Je vois pas l'interêt d'aller sortir de la merde une nana à la manière de chanter un poil ringarde - elle a un timbre, c'es vrai, mais je trouve vraiment qu'elle s'est pas s'en servir - et essayer de folkiser un son qui tape dans ce que la chanson compte de plus aseptisé.
Autant aller taper tout de suite dans des artistes avec un vrai parti-pris et une vraie âme artistique.

Isabelle Boulay, quoi.
C'est fini les chanteuses à la glotte hurlante.

Dons dans un acte de snobisme pur, j'irai donc davantage écouter le nouveau Bashung ou la réédition de Melody Nelson, plutôt que de vérifier la pertinence du grand écart Biolaysien - que je ne lui reproche pas d'ailleurs, ça m'amuse assez.


En vérifiant "la pertinence" pour reprendre ton terme et bien j'ai tenu jusqu'à la fin de l'album Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Sam 19 Nov 2011 - 23:46

en ce moment chez ruquier Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Dim 20 Nov 2011 - 13:18






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Blind Boy Grunt
d'une mort à crédit



Nombre de messages : 400
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Dim 20 Nov 2011 - 13:26

Putain, mais c'est vraiment la honte d'être autant à côté de la plaque dans l'interprétation.
L'arrivée de Biolay vient donner un peu d'intensité au truc.
Mais alors la Boulay elle chante ça comme elle chanterait "Pour que tu m'aimes encore".
Elle fait même pas l'effort pour donner un peu de poids à son timbre, à aller chercher une autre manière de poser sa voix, à creuser un parti-pris qui la changerait un peu de ce qu'elle fait le matin devant son miroir.
Aucune idée, reprise lisse comme les Pays-Bas.

C'est sur l'album ce truc ?


Dernière édition par Blind Boy Grunt le Dim 20 Nov 2011 - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Dim 20 Nov 2011 - 13:27

Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Mar 13 Déc 2011 - 18:44

Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Ven 16 Déc 2011 - 18:37

clip officiel : fin octobre, début novembre

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Arnkyl
entre la colline qui prie et la colline qui crie



Masculin
Age : 42
Humeur : ne regrette rien
Localisation : Lyon
Nombre de messages : 1656
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Mer 18 Jan 2012 - 13:08

Cette semaine, Valérie Lehoux fait ça critique de l'album de Boulay...et une fois de plus, même si elle semble se l'interdire dans un premier temps, ne peut pas s'empécher de "crier son amour" à Biolay à la derniére phrase Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY Ven 22 Juin 2012 - 19:28

Source :

http://www.lefigaro.fr/le-live/2012/06/22/03018-20120622ARTFIG00617-isabelle-boulay-biolay-a-une-vraie-autorite-naturelle.php

Isabelle BOULAY :

Avec Biolay, l'artiste québécoise ne s'est pas sentie dépaysée, en dépit de leur volonté commune d'entreprendre une démarche différente. «Quand il entre en studio, il est certain des musiciens et du répertoire, précise-t-elle. Il sait obtenir ce qu'il veut des individus. C'est quelqu'un qui respecte la nature intrasèque de chaque personne. Il a une vraie autorité naturelle. C'est un vrai réalisateur, un grand musicien aussi. C'est quelqu'un d'extrêmement sensible. Et puis, c'est quelqu'un qui cherche la vérité et pas la perfection.» Le producteur n'est pas le seul a avoir apporté son concours à Isabelle Boulay. Jean-Louis Murat fait également partie du casting sur ce disque qui contient de remarquables reprises, comme celle de Souffrir par Toi n'est pas Souffrir de Julien Clerc ou Jolie Louise de Daniel Lanois.....
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Isabelle BOULAY

Revenir en haut Aller en bas

Isabelle BOULAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Isabelle Boulay coffret 2xCD
» Isabelle BOULAY
» Isabelle BOULAY - "Parle- moi"
» Parle-moi (Isabelle Bouley) stephs
» AMANDA STERS
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les insulaires ¤ forum non officiel sur benjamin biolay :: ailleurs-