.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Débats / explications/ thèses sur les textes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30, 31, 32  Suivant
AuteurMessage
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4113
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 1 Nov 2011 - 21:06

jfmoods a écrit:
"Du dernier décan

Je suis natif"

Point de départ obligé de la cosmologie biolayenne. Fatalité première de la naissance. Flamme noire de Phèdre.

Dualité infernale du personnage : espace introuvable entre radicalité intransigeante ("turbulent", "définitif", "primitif", "insoumis") et recul introspectif ("émotif", "dubitatif", "plaintif", "craintif"). "Mort ou vif" marque les deux pôles inconciliables de cette personnalité en rupture.

L'épopée ("Que n'ai-je entendu les sirènes ?", "Je joue de l'olifant") se présente sous la forme d'une ligne d'horizon fuyante.

Trois des 4 éléments sont présents : l'air ("Poussé par le vent
 sur quelques ifs"), l'eau ("Dans les récifs", "Je me baignerai nu
 dans la Seine"), la terre ("Dans l'arène"). Le feu, ça pourrait être le personnage lui-même, entre flamme et éteignoir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4791
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mer 9 Nov 2011 - 21:24

La notion de paysage-état d'âme sur l'album "Rose Kennedy".

Cinq ou six titres offrent des perspectives intéressantes d'analyse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4791
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Jeu 10 Nov 2011 - 21:17

Le phénomène de l'enchantement et celui du désenchantement sur l'album "Rose Kennedy".

Comment deux états si contradictoires peuvent-ils cohabiter aussi étroitement ? La notion de paysage-état d'âme en éclaire, au moins en partie, la logique.

1) Enchantement

"Le soleil sera de retour" (Les cerfs-volants)
"Un ciel sans aucun nuage" (Les joggers sur la plage)
"Au frais sous la tonnelle" (Un été sur la côte)

"Je mesure le temps qui passe" (Les cerfs-volants)
"J'ai l'impression d'être né hier" (Les joggers sur la plage)
"Un air de jamais vu" (Un été sur la côte)

2) Désenchantement

"La lumière absente" (Novembre toute l'année)
"Pas de soleil" (L'observatoire)
"L'ombre du début" (Sous le soleil du mois d'août)

"C'est toujours le même film qui passe" (Novembre toute l'année)
"Pas d'espoir" (L'observatoire)
"Lorsqu'on a déjà tout bu" (Sous le soleil du mois d'août)

Symptomatique, également, la mise en parallèle de ces deux passages, en forme de clin d'oeil...

"La vie est presque belle" (Novembre toute l'année)
"La vie est belle" (Un été sur la côte)

Il y a aussi ces paroles de L'observatoire...

"Dans les cèdres
Il y a le temps qui nous précède
Il y a du fado et du Phèdre"

... qui mettent en évidence une double perspective d'étude.

Chaque fois que j'écoute ce passage de L'observatoire, je pense à ce moment de "Sueurs froides" où James Stewart et Kim Novak se promènent dans la forêt de séquoias.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Jeu 10 Nov 2011 - 21:24

bien vu jf et
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4791
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 13 Nov 2011 - 21:00

Merci, Flo ! Wink

Retour sur le paysage-état d'âme...

La clarté ("Le soleil sera de retour", "Un ciel sans aucun nuage", "Au frais sous la tonnelle") et le mouvement le plus léger ("Qui planent... qui flânent", "La mer et ses rouleaux", "son onde lancinante") suffisent à insuffler le désir de la vie vécue, à ancrer l'individu dans le présent. En revanche, une ligne d'horizon monotone ("Le ciel est blanc cassé"), le gros temps ("La pluie à contre-jour"), le froid ("il ne fait pas loin de zéro") appellent à aller chercher en soi, comme dans une sorte de miroir intime, les abîmes d'un passé dont on va, invariablement, gratter les croûtes. Moment d'introspection qui ouvre autant de questionnements stériles ("Les souvenirs sont des impasses que sans cesse on ressasse", "Il y a le temps qui nous enchaîne à nos douleurs et à nos peines"). Le ciel bâché instaure une fermeture, une clôture sur laquelle on s'éternise avec une certaine complaisance. "La vie est presque belle", en effet. Presque. Toute cette mécanique tourne si parfaitement en rond. Il n'y manque, en somme, que la vie. Vu de ce côté-ci de la rive, le bonheur ne saurait être considéré que comme une aspiration vaine, dans laquelle on se fourvoie, forcément...

"Mais sur l'autre rive
Les plaisanciers les badauds ivres
De bonheur en définitive
Pas un radeau qui ne dérive"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 13 Nov 2011 - 22:38


Revenir en haut Aller en bas
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4113
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Lun 14 Nov 2011 - 21:19

jfmoods a écrit:
Toute cette mécanique tourne si parfaitement en rond. Il n'y manque, en somme, que la vie.

Ces deux phrases juxtaposées sont une image d'une fulgurance inouïe : j'y ai vu éclater à la lumière noire ce déterminisme qui plombe le ciel biolayen (je me répète encore). Cette mécanique qui tourne parfaitement en rond, c'est aussi celle d'un bel automate bien huilé, d'un pantin extraordinaire. La vie n'est que dans Celui qui tient les ficelles.

Bravo Jfm pour ces deux phrases magistrales - et pour le reste aussi !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4791
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 15 Nov 2011 - 22:12



"Dans les cèdres
Il il y a le temps qui nous précède
Il y a le printemps qui décède
Il y a du Fado et du Phèdre"

Ce passage de "L'observatoire" m'apparaît, de plus en plus, comme une grille de lecture possible de l'oeuvre entière.

À l'aune de l'existence d'arbres millénaires, que sommes-nous ? Une respiration. Un souffle. Déjà morts. Un point. Un imperceptible point perdu dans l'immensité du temps. Constatation terrible, au sens premier du terme. Le propre de l'être humain est d'osciller entre "Phèdre" et le fado, entre le tragique ("Du dernier décan") qui nous amène à des propos péremptoires et désabusés ("Qu'est-ce-que ça peut faire"), nous plongeant dans des errances sans fin ou des utopies, et la transcendance qui nous fait pressentir que c'est la fragilité elle-même de nos vies qui en fonde la précieuse souveraineté, la suprême liberté. Dans son sens le plus large, le fado chante la vie sous tous ses aspects, pour la sublimer, pour nous faire avancer, les yeux ouverts, en pleine conscience, jusqu'au bout de la route. Ce sont des horizons comme ceux-là qu'ouvre majestueusement "La Superbe". L'oeil rivé sur le rétroviseur, je désigne mes failles ("Padam", "Jaloux de tout"...). Je déchire l'armure. Je reconnais le malheur qui m'a porté jusque-là et je me déleste d'une partie non négligeable de son poids. Je suis capable de dire : "Voici l'homme que je fus". L'existence ne se présente plus désormais pour moi comme une sordide mangeoire de l'échec, mais comme une somme de possibles qui frémissent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4791
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 1 Avr 2012 - 0:03

"La garçonnière", donc.

Certes, "je suis ta putain", dans un tout autre contexte, pourrait se présenter comme une invite ironique à franchir, dans le couple amoureux, certaines barrières de la libido. La modestie de l'enjeu ici exposé ("... Si tu m'aimes un peu, je t'aime un peu, c'est tout...") lève clairement le voile sur ce à quoi nous allons véritablement et très prosaïquement assister : un simulacre. Dans le rapport amoureux, tout au moins dans sa vision idéalisée, deux consciences tentent de se rejoindre dans une seule et même entente. Tel n'est évidemment pas le cas ici puisque l'auto-complaisance prend toute la place disponible. Deux consciences, pour tromper leur ennui, admirent le beau spectacle qu'elles se jouent à elles-mêmes. Elle, abritée derrière ses masques, son maquillage, ses leurres ("des bleus de partout", "le rose aux joues"), invitée à s'observer ("Regardez-vous..."). Lui, dans ses habits en carton-pâte de monsieur Loyal. Pour elle, impossible de sortir du rôle de perroquet désincarné. "Ne faites pas la moue". Il faut jouer jusqu'au bout cette sinistre farce, sans jamais la tirer vers le désir de l'autre, encore moins vers l'idée - même latente - d'une complicité. Aucune vie ne doit affleurer de ce jeu de pantins désarticulés. Finalement, l'élément le plus symptomatique dans cette mise en scène n'est pas "je suis ta putain", mais bien le "dites-moi encore" qui précède. Impossible de ne pas convoquer Sade à la lecture d'un tel morceau de bravoure. L'ombre du terrible marquis plane sur 3 points précis : c'est d'abord la parole scandaleuse, seule force capable de lever le désir. Encore s'agit-il de la réitérer pour obtenir, peut-être, en bout de course, le résultat escompté. Ensuite, c'est l'enfermement mortifère auquel se condamnent ces deux pauvres marionnettes qui suivent une sorte de chemin de croix fantasmé de la dépravation. Surtout, c'est l'ennui, abyssal, étouffant, de cet univers codé, sursaturé d'injonctions, prescriptif jusqu'à la nausée. Dira-t-on jamais assez combien Sade peut être ennuyeux à lire ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 1 Avr 2012 - 16:12

merci jf Wink mon mp3 m'a souvent joué "la garçonnière" ces derniers temps en mode aléatoire et j'aime beaucoup ton texte, j'y retrouve mon ressenti Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1062
MessageSujet: La garconnière Dim 1 Avr 2012 - 20:04

Il est certain qu'il est passé par ici, le divin marquis et qu'il marque lourdement le territoire de ce tango (me semble-t-il), au désespoir esthétisant.
Il y a de lourdes chaînes dans l'ouverture de cette Garçonnière que BB avait tout de même coincé, symboliquement, entre la Mercobenz et la Chambre d'amis!
Glauque d'entrée et une des plus représentatives du climat délétère de ce Trash Yeye.
En écoutant cette chanson atroce, me vient tout de suite à l'esprit une de ces photos de certains magazines d'ultra-luxe, avec cette enveloppe superbe sur papier glacé derrière laquelle on peut, parfois, découvrir une sorte de pourriture.
J'ai souvent mis en parallèle cette Garçonnière avec Glory Hole, mais autant celle-ci a une mélodie plus douce, commence par un "j'aime" qu'il reprend et l'on sent l'accord entre l'homme et la femme, autant cette Garçonnière débute par une suite d'impératifs, ces injonctions terribles dans une mélopée scandée par une phrase cinglante: "C'est pas la peine de faire comme si c'était bien". C'est tout dit.
Mais, même si je crois comprendre qu'il faut prendre cette antienne au xieme degré, c'est ce transfert qui me gène dans cette chanson.
Cette façon de charger l'autre pour tenter de ne pas tout supporter. Assez récurant d'ailleurs ce thème chez Mr BB...
J'ai tendance à penser que c'est peut-être ma sensibilité de femme qui fait barrage et qui me heurte un brin .
C'est là que je me différencie un peu de ton analyse, jfmoods, même si j'en partage tout à fait les grandes lignes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 1 Avr 2012 - 20:35

oulaaaaaaaaaaaa et dire que c'est un titre que j'adore

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1062
MessageSujet: La garconnière Dim 1 Avr 2012 - 21:26

Lili, c'est quoi ton oulaaaaaaaaaaaaa? Wink
Tu peux l'adorer, tout à fait, et je ne la déteste pas du tout mais c'est une des extrêmes, assez vénéneuse, tout de même.
Quand je dis atroce, c'est qu'elle me glace et que je la trouve sans espoir! Une sorte de danse macabre!
Ah! Désolée, j'en rajoute encore! Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4791
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 1 Avr 2012 - 22:01

Atroce, c'est vrai. Sans espoir, c'est vrai. Cette danse est on ne peut plus macabre. Le trait est si lourd, la mise en scène si appuyée qu'on aurait tendance, en effet, à interpréter "La garçonnière" au ixième degré.

Sans doute est-ce d'ailleurs la raison pour laquelle un certain membre du forum (dont je tairai le nom mais pas la lassitude que suscitent en moi nombre de ses commentaires) la trouve "fendarde" ?

Au risque de me répéter : faut quand même être un peu spécial pour la trouver fendarde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1062
MessageSujet: La garconnière Dim 1 Avr 2012 - 22:08

Ce n'est, effectivement pas, le premier qualificatif qui me viendrait à l'esprit ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 1 Avr 2012 - 22:48

c'était aussi un oulaaaaa d'exagération rieuse ;-) edit précision : de moi, pas rieuse de tes mots

_________________
. merci pour le grand huit .


Dernière édition par lili le Dim 1 Avr 2012 - 22:51, édité 1 fois (Raison : précision)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1062
MessageSujet: La garconnière Lun 2 Avr 2012 - 0:33

J'ai bien compris! Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

éphèse




Humeur : « Ne fermez pas votre coeur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi....
Nombre de messages : 593
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 22 Mai 2012 - 19:27

En lisant une interview de Mister Frédéric Beigbeder, j'ai appris que La Garconnière de Billy Wilder était l'un de ses films romantiques préférés et j'ai tout de suite pensé à la chanson de Benjamin Biolay.............Autant cette chanson il l'a écrite après avoir vu ce film, dans un autre style, le style biolien...........







J'adore cette chanson :

Revenir en haut Aller en bas
avatar

noguyinstead


http://biolayanways.blogspot.fr/

Nombre de messages : 437
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 11 Nov 2012 - 14:29

Découpages possibles du nouvel opus...

1) Les différentes phases d'une histoire d'amour (Marlène déconne, Aime mon amour, Personne dans mon lit, Trésor Trésor, l'insigne honneur)
2) Cueille le jour (Profite, Le sommeil attendra, Belle époque)
3) Visions croisées d'un concept réinvesti (Venganza, Vengeance)
4) Regard vers le passé et regard vers l'avenir (Sous le lac gelé, La fin de la fin)
5) Lectures de la vie humaine (Ne regrette rien, Confettis)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

noguyinstead


http://biolayanways.blogspot.fr/

Nombre de messages : 437
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Lun 12 Nov 2012 - 21:17

"Ne regrette rien", pierre de touche de l'album.

Curieux comme cet "oeil invisible" fait penser à "la lunette d'un microscope" de Manset sur "Comme un légo". Évidemment, Manset considère la vie humaine dans un contexte bien différent, à la fois historique, philosophique et tragique. La sensualité y occupe une place minime, dérisoire ("S'embrasser dans le noir à cheveux blonds / À ne pas voir demain comme ils seront"), alors que chez Biolay, elle tient toute la place. J'aime à m'imaginer que cet "oeil invisible" recouvre une lecture à la fois tragique et sensuelle de la vie humaine. Nul n'est, en effet, à l'abri des desseins inconnus de la faucheuse ni des caprices du désir.

Ce retour vers Manset me rappelle également combien ces deux univers peuvent être tributaires des éléments.

L'eau, par exemple, constitue l'une des pierres fondatrices de la cosmogonie biolayenne. Rêvée, contemplée, elle reflète, aux origines, une certaine passivité du sujet. Les deux derniers albums modèrent largement cette impression première.

La terre, c'est, encore et toujours, cette plaine obsédante, ce lieu au statut complexe. Symbole possible de la vie sociale, elle représente tantôt un lieu de repli tantôt un lieu d'exposition aux vicissitudes de l'existence (puisqu'elle n'offre aucune protection naturelle).
Revenir en haut Aller en bas
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4113
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 13 Nov 2012 - 0:01

Je salue le retour de Monsieur Noguyinstead.
Content de te lire à nouveau NGI Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

noguyinstead


http://biolayanways.blogspot.fr/

Nombre de messages : 437
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 13 Nov 2012 - 10:27



Sur "La Superbe", l'eau devient une eau véritablement traversée. On pourra évidemment gloser à l'infini sur le sens à accorder à ce passage...

"Paris est si petit quand on le regagne à la nage"

L'image première qui se dessine est celle de ce point minuscule, perdu dans l'océan, qui, contre toute attente, rallie une côte imaginaire. L'eau se fait aventure. "Prenons le large" confirme cette impression d'ouverture.

Le plus remarquable, sur "Vengeance", c'est que l'eau apparaît enfin sous toutes ses formes, c'est-à-dire dans le cumul de ses métamorphoses (lac, pluie, neige, gel, glace).
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 13 Nov 2012 - 19:19

M. Clown a écrit:

Content de te lire à nouveau NGI Wink
+1
Revenir en haut Aller en bas
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4113
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mer 14 Nov 2012 - 23:42

noguyinstead a écrit:


Sur "La Superbe", l'eau devient une eau véritablement traversée. On pourra évidemment gloser à l'infini sur le sens à accorder à ce passage...

"Paris est si petit quand on le regagne à la nage"

L'image première qui se dessine est celle de ce point minuscule, perdu dans l'océan, qui, contre toute attente, rallie une côte imaginaire. L'eau se fait aventure. "Prenons le large" confirme cette impression d'ouverture.

Le plus remarquable, sur "Vengeance", c'est que l'eau apparaît enfin sous toutes ses formes, c'est-à-dire dans le cumul de ses métamorphoses (lac, pluie, neige, gel, glace).

En effet, B.B. semble avoir traversé l'Achéron, mais pour quitter les Enfers. Après avoir noyé dans l'eau claire des fontaines l'eau, sacrée, lustrale et baptismale et avoir ainsi fait de cette fontaine l'ultime dissolvant universel de ce qu'il pouvait rester d'espoir, B.B. repart de Z pour redonner à l'eau sa vertu première : la source de vie. C'est un reboot pour enfin pouvoir vivre chaque seconde, comme l'entend d'ailleurs Uminski dans son dernier magnifique album ; (la vie continue et il faut bien qu'on l'aime) dit le D'Artagnan de la chanson dans La vie continue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

noguyinstead


http://biolayanways.blogspot.fr/

Nombre de messages : 437
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mer 14 Nov 2012 - 23:56

"des couloirs infinis de glace et de marbre"

Le marbre, symbole de la durée des oeuvres que l'homme est capable de créer. La glace, phénomène de cristallisation de l'eau comme l'amour est phénomène de cristallisation de l'être sur l'être aimé. La métaphore est profonde, puissante par le contraste entre ce qui perdure au-delà des générations et ce qui n'est voué qu'à un souffle éphémère éternellement renouvelé.

Curieux de découvrir, sur Wikipédia ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Cristallisation_%28Stendhal%29 ) que...

"Le concept de la cristallisation a été inventé par Stendhal dans son ouvrage De l'amour, publié en 1822, pour décrire le phénomène d'idéalisation à l'œuvre au début d'une relation amoureuse : "En un mot, il suffit de penser à une perfection pour la voir dans ce qu'on aime."

Sans doute, lorsque l'amour, lentement, se délite, ne reste-t-il en effet plus que...

"les remords et l'amertume après la fonte des glaces"...
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes

Revenir en haut Aller en bas

Débats / explications/ thèses sur les textes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Débats / explications/ thèses sur les textes
» Lieder sur des textes de Heine et Kerner
» Textes de Jazz.
» The Bats - Fear Of God (1991)
» Elvira & The Bats
Page 29 sur 32Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30, 31, 32  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les insulaires ¤ forum non officiel sur benjamin biolay :: benjamin biolay-