.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Débats / explications/ thèses sur les textes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26, 27  Suivant
AuteurMessage
avatar

chtite-marie
ni brune ni blonde



Féminin
Age : 36
Humeur : Princesse Wesh Wesh
Localisation : dans les rues de Paris Paris
Nombre de messages : 15353
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mer 17 Aoû 2011 - 20:18

Parce que le monde des fans me fait beaucoup rire Smile j'en connais un rayon...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4117
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mer 17 Aoû 2011 - 22:08

Pour l'errance, je suis d'accord ; ça m'a même rappelé mon "impression" sur un titre - d'ailleurs de saison - de La Superbe que je me permets de rappeler ci-dessous dans le cas où ça pourrait t'inspirer (ma modeste contribution au prochain essai de Jfm ).

15 août
B.B. marche. Il erre. Il marche à corps perdu sur une voie ferrée. Cette voie n’est pas celle de la quête d’un amour définitif et absolu ; c’est juste une route qui ne mène nulle part. B.B. connaît bien les routes, qui d’ailleurs ne sont jamais de bonne augure : celle qui finit dans la lunette de tir de Lee Harvey Oswald (72 trombones avant la grande parade), celle qui finit dans un carnage sanglant (de Bily Bob a raison à Holland Spring), celle qui finit dans le fossé (La ballade du mois de juin), celle de la peur qui n’en finit pas (L’appât), celle dont il sait qu’au bout il n’y a qu’un grand désert (Qu’est-ce que ça peut faire). Cette voie ferrée n’échappe pas à la règle ; elle n’est pas la douce et prometteuse route de la soie mais celle du vieux chandail qui gratte à mort, celle du Sacro-saint et Néfaste Commerce de la Faucheuse, une route définitivement vaine où la condition humaine n’est que cette souffrance à laquelle on s’accroche pourtant comme un vieil animal, et de surcroît une route de misère – et comble de la misère – jalonnée de péages, une route dont les toujours inspirés M/M ont su résumer l’aberrante vacuité sur la pochette du dernier album de B.B.
Pour tromper la mort, B.B. joue une ballade rock qui serait allée à merveille sur les lèvres de la nonchalante Coralie Clément dont la Lou marchait déjà à pas perdus et finit fatalement sans un seul bye bye de ses amis. Mais on ne trompe pas la mort, dont la sirène funeste (un minimoog ?) s’invite dans un pont musical entre les deux couplets puis sur la lettre de Valérie Donzelli, la lettre ambiguë d’une fêlure hantée par l’amour. A moins que ce soit l’amour qui est hanté par quelque chose « pas si simple, même compliqué » : la fatalité ou le toxicomaniaque besoin de B.B. de cultiver cette douleur qu’a chanté Chiara sur leur home sweet road album ?
S.M. - 25.01.10


Par contre, pour le titre, je ne suis pas d'accord, et j'en donne ci-dessous la raison - qui rappellera des souvenirs à Lili :

Biolayien ? !
Devant ce "i", je me montrerais
Intraitable : "Le y vaut deux i !
Un i précédé du a pour ai ;
Un deuxième pour le son ien. Compris ?"
Biolayen est donc le mot juste.

Je pourrais être élève de français
Dissertant sur les analogies
Entre mèches rebelles de Biolay
Et ce nom hirsute avec quatre i
Afin d’éviter une dispute.

Mais pour ce forum que je veux gai
Et garder le sourire de Lili
Disons que son inconscient se jouait
De notre bienveillante admini-
Stratrice : ce petit "i" lilliput

Etait en fait grand comme Gulliver.
Ce "i" sorti de l’imaginaire
De Lili, peut s’affirmer, bien fier !
Car ce "i" et ce forum sont frères :
Tous les deux sont bien des Insulaires !

Je te souhaite bonne chance pour ce beau projet d'essai.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4792
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mer 17 Aoû 2011 - 23:12

Merci ! Wink

Biolayen. Noté !

Comment ai-je pu commettre un tel parjure ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63313
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Jeu 18 Aoû 2011 - 10:12

la madeleine a apporté le sourire Wink

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4792
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Jeu 8 Sep 2011 - 12:31

"Chaise à Tokyo" me renvoie toujours à la phrase baudelairienne... et à son ambiguïté.

"N'importe où ! n'importe où ! pourvu que ce soit hors du monde !"

Revenir en haut Aller en bas
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4117
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Sam 10 Sep 2011 - 20:05

D'où est extraite cette phrase de Baudelaire ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4792
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Sam 10 Sep 2011 - 20:17

Des "Petits poèmes en prose", me semble-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4117
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Sam 10 Sep 2011 - 20:34

Merci Jf. Il faudra que je lise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4792
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 25 Oct 2011 - 18:06

"Du dernier décan

Je suis natif"

Point de départ obligé de la cosmologie biolayenne. Fatalité première de la naissance. Flamme noire de Phèdre.

Dualité infernale du personnage : espace introuvable entre radicalité intransigeante ("turbulent", "définitif", "primitif", "insoumis") et recul introspectif ("émotif", "dubitatif", "plaintif", "craintif"). "Mort ou vif" marque les deux pôles inconciliables de cette personnalité en rupture.

L'épopée ("Que n'ai-je entendu les sirènes ?", "Je joue de l'olifant") se présente sous la forme d'une ligne d'horizon fuyante.

Trois des 4 éléments sont présents : l'air ("Poussé par le vent
 sur quelques ifs"), l'eau ("Dans les récifs", "Je me baignerai nu
 dans la Seine"), la terre ("Dans l'arène"). Le feu, ça pourrait être le personnage lui-même, entre flamme et éteignoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 25 Oct 2011 - 22:26

"Du dernier décan
Je suis natif"
et j'entends souvent "du dernier des cons je suis natif" Embarassed et je ne sais pas si c'est volontaire de la part de bb ou moi qui suis tordue...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

melvil75
plus jamais d'horaires



Masculin
Nombre de messages : 10360
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 25 Oct 2011 - 22:48

Razz Flo

Retour en force jfm
Revenir en haut Aller en bas
avatar

chtite-marie
ni brune ni blonde



Féminin
Age : 36
Humeur : Princesse Wesh Wesh
Localisation : dans les rues de Paris Paris
Nombre de messages : 15353
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mer 26 Oct 2011 - 9:02

pas mal Flo !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4117
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 1 Nov 2011 - 21:06

jfmoods a écrit:
"Du dernier décan

Je suis natif"

Point de départ obligé de la cosmologie biolayenne. Fatalité première de la naissance. Flamme noire de Phèdre.

Dualité infernale du personnage : espace introuvable entre radicalité intransigeante ("turbulent", "définitif", "primitif", "insoumis") et recul introspectif ("émotif", "dubitatif", "plaintif", "craintif"). "Mort ou vif" marque les deux pôles inconciliables de cette personnalité en rupture.

L'épopée ("Que n'ai-je entendu les sirènes ?", "Je joue de l'olifant") se présente sous la forme d'une ligne d'horizon fuyante.

Trois des 4 éléments sont présents : l'air ("Poussé par le vent
 sur quelques ifs"), l'eau ("Dans les récifs", "Je me baignerai nu
 dans la Seine"), la terre ("Dans l'arène"). Le feu, ça pourrait être le personnage lui-même, entre flamme et éteignoir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4792
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mer 9 Nov 2011 - 21:24

La notion de paysage-état d'âme sur l'album "Rose Kennedy".

Cinq ou six titres offrent des perspectives intéressantes d'analyse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4792
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Jeu 10 Nov 2011 - 21:17

Le phénomène de l'enchantement et celui du désenchantement sur l'album "Rose Kennedy".

Comment deux états si contradictoires peuvent-ils cohabiter aussi étroitement ? La notion de paysage-état d'âme en éclaire, au moins en partie, la logique.

1) Enchantement

"Le soleil sera de retour" (Les cerfs-volants)
"Un ciel sans aucun nuage" (Les joggers sur la plage)
"Au frais sous la tonnelle" (Un été sur la côte)

"Je mesure le temps qui passe" (Les cerfs-volants)
"J'ai l'impression d'être né hier" (Les joggers sur la plage)
"Un air de jamais vu" (Un été sur la côte)

2) Désenchantement

"La lumière absente" (Novembre toute l'année)
"Pas de soleil" (L'observatoire)
"L'ombre du début" (Sous le soleil du mois d'août)

"C'est toujours le même film qui passe" (Novembre toute l'année)
"Pas d'espoir" (L'observatoire)
"Lorsqu'on a déjà tout bu" (Sous le soleil du mois d'août)

Symptomatique, également, la mise en parallèle de ces deux passages, en forme de clin d'oeil...

"La vie est presque belle" (Novembre toute l'année)
"La vie est belle" (Un été sur la côte)

Il y a aussi ces paroles de L'observatoire...

"Dans les cèdres
Il y a le temps qui nous précède
Il y a du fado et du Phèdre"

... qui mettent en évidence une double perspective d'étude.

Chaque fois que j'écoute ce passage de L'observatoire, je pense à ce moment de "Sueurs froides" où James Stewart et Kim Novak se promènent dans la forêt de séquoias.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Jeu 10 Nov 2011 - 21:24

bien vu jf et
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4792
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 13 Nov 2011 - 21:00

Merci, Flo ! Wink

Retour sur le paysage-état d'âme...

La clarté ("Le soleil sera de retour", "Un ciel sans aucun nuage", "Au frais sous la tonnelle") et le mouvement le plus léger ("Qui planent... qui flânent", "La mer et ses rouleaux", "son onde lancinante") suffisent à insuffler le désir de la vie vécue, à ancrer l'individu dans le présent. En revanche, une ligne d'horizon monotone ("Le ciel est blanc cassé"), le gros temps ("La pluie à contre-jour"), le froid ("il ne fait pas loin de zéro") appellent à aller chercher en soi, comme dans une sorte de miroir intime, les abîmes d'un passé dont on va, invariablement, gratter les croûtes. Moment d'introspection qui ouvre autant de questionnements stériles ("Les souvenirs sont des impasses que sans cesse on ressasse", "Il y a le temps qui nous enchaîne à nos douleurs et à nos peines"). Le ciel bâché instaure une fermeture, une clôture sur laquelle on s'éternise avec une certaine complaisance. "La vie est presque belle", en effet. Presque. Toute cette mécanique tourne si parfaitement en rond. Il n'y manque, en somme, que la vie. Vu de ce côté-ci de la rive, le bonheur ne saurait être considéré que comme une aspiration vaine, dans laquelle on se fourvoie, forcément...

"Mais sur l'autre rive
Les plaisanciers les badauds ivres
De bonheur en définitive
Pas un radeau qui ne dérive"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 13 Nov 2011 - 22:38


Revenir en haut Aller en bas
avatar

M. Clown
dans une orgie haut de gamme

http://sylvan-m.e-monsite.com/

Masculin
Age : 48
Humeur : Charlie Hebdieudo!
Localisation : Dans la lumière orange
Nombre de messages : 4117
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Lun 14 Nov 2011 - 21:19

jfmoods a écrit:
Toute cette mécanique tourne si parfaitement en rond. Il n'y manque, en somme, que la vie.

Ces deux phrases juxtaposées sont une image d'une fulgurance inouïe : j'y ai vu éclater à la lumière noire ce déterminisme qui plombe le ciel biolayen (je me répète encore). Cette mécanique qui tourne parfaitement en rond, c'est aussi celle d'un bel automate bien huilé, d'un pantin extraordinaire. La vie n'est que dans Celui qui tient les ficelles.

Bravo Jfm pour ces deux phrases magistrales - et pour le reste aussi !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4792
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Mar 15 Nov 2011 - 22:12



"Dans les cèdres
Il il y a le temps qui nous précède
Il y a le printemps qui décède
Il y a du Fado et du Phèdre"

Ce passage de "L'observatoire" m'apparaît, de plus en plus, comme une grille de lecture possible de l'oeuvre entière.

À l'aune de l'existence d'arbres millénaires, que sommes-nous ? Une respiration. Un souffle. Déjà morts. Un point. Un imperceptible point perdu dans l'immensité du temps. Constatation terrible, au sens premier du terme. Le propre de l'être humain est d'osciller entre "Phèdre" et le fado, entre le tragique ("Du dernier décan") qui nous amène à des propos péremptoires et désabusés ("Qu'est-ce-que ça peut faire"), nous plongeant dans des errances sans fin ou des utopies, et la transcendance qui nous fait pressentir que c'est la fragilité elle-même de nos vies qui en fonde la précieuse souveraineté, la suprême liberté. Dans son sens le plus large, le fado chante la vie sous tous ses aspects, pour la sublimer, pour nous faire avancer, les yeux ouverts, en pleine conscience, jusqu'au bout de la route. Ce sont des horizons comme ceux-là qu'ouvre majestueusement "La Superbe". L'oeil rivé sur le rétroviseur, je désigne mes failles ("Padam", "Jaloux de tout"...). Je déchire l'armure. Je reconnais le malheur qui m'a porté jusque-là et je me déleste d'une partie non négligeable de son poids. Je suis capable de dire : "Voici l'homme que je fus". L'existence ne se présente plus désormais pour moi comme une sordide mangeoire de l'échec, mais comme une somme de possibles qui frémissent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4792
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 1 Avr 2012 - 0:03

"La garçonnière", donc.

Certes, "je suis ta putain", dans un tout autre contexte, pourrait se présenter comme une invite ironique à franchir, dans le couple amoureux, certaines barrières de la libido. La modestie de l'enjeu ici exposé ("... Si tu m'aimes un peu, je t'aime un peu, c'est tout...") lève clairement le voile sur ce à quoi nous allons véritablement et très prosaïquement assister : un simulacre. Dans le rapport amoureux, tout au moins dans sa vision idéalisée, deux consciences tentent de se rejoindre dans une seule et même entente. Tel n'est évidemment pas le cas ici puisque l'auto-complaisance prend toute la place disponible. Deux consciences, pour tromper leur ennui, admirent le beau spectacle qu'elles se jouent à elles-mêmes. Elle, abritée derrière ses masques, son maquillage, ses leurres ("des bleus de partout", "le rose aux joues"), invitée à s'observer ("Regardez-vous..."). Lui, dans ses habits en carton-pâte de monsieur Loyal. Pour elle, impossible de sortir du rôle de perroquet désincarné. "Ne faites pas la moue". Il faut jouer jusqu'au bout cette sinistre farce, sans jamais la tirer vers le désir de l'autre, encore moins vers l'idée - même latente - d'une complicité. Aucune vie ne doit affleurer de ce jeu de pantins désarticulés. Finalement, l'élément le plus symptomatique dans cette mise en scène n'est pas "je suis ta putain", mais bien le "dites-moi encore" qui précède. Impossible de ne pas convoquer Sade à la lecture d'un tel morceau de bravoure. L'ombre du terrible marquis plane sur 3 points précis : c'est d'abord la parole scandaleuse, seule force capable de lever le désir. Encore s'agit-il de la réitérer pour obtenir, peut-être, en bout de course, le résultat escompté. Ensuite, c'est l'enfermement mortifère auquel se condamnent ces deux pauvres marionnettes qui suivent une sorte de chemin de croix fantasmé de la dépravation. Surtout, c'est l'ennui, abyssal, étouffant, de cet univers codé, sursaturé d'injonctions, prescriptif jusqu'à la nausée. Dira-t-on jamais assez combien Sade peut être ennuyeux à lire ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Flo86
la superbe



Féminin
Age : 49
Humeur : A l'arrière j'avais ma guitare mon laisser-passer et trois tonnes de cafard
Nombre de messages : 4036
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 1 Avr 2012 - 16:12

merci jf Wink mon mp3 m'a souvent joué "la garçonnière" ces derniers temps en mode aléatoire et j'aime beaucoup ton texte, j'y retrouve mon ressenti Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1137
MessageSujet: La garconnière Dim 1 Avr 2012 - 20:04

Il est certain qu'il est passé par ici, le divin marquis et qu'il marque lourdement le territoire de ce tango (me semble-t-il), au désespoir esthétisant.
Il y a de lourdes chaînes dans l'ouverture de cette Garçonnière que BB avait tout de même coincé, symboliquement, entre la Mercobenz et la Chambre d'amis!
Glauque d'entrée et une des plus représentatives du climat délétère de ce Trash Yeye.
En écoutant cette chanson atroce, me vient tout de suite à l'esprit une de ces photos de certains magazines d'ultra-luxe, avec cette enveloppe superbe sur papier glacé derrière laquelle on peut, parfois, découvrir une sorte de pourriture.
J'ai souvent mis en parallèle cette Garçonnière avec Glory Hole, mais autant celle-ci a une mélodie plus douce, commence par un "j'aime" qu'il reprend et l'on sent l'accord entre l'homme et la femme, autant cette Garçonnière débute par une suite d'impératifs, ces injonctions terribles dans une mélopée scandée par une phrase cinglante: "C'est pas la peine de faire comme si c'était bien". C'est tout dit.
Mais, même si je crois comprendre qu'il faut prendre cette antienne au xieme degré, c'est ce transfert qui me gène dans cette chanson.
Cette façon de charger l'autre pour tenter de ne pas tout supporter. Assez récurant d'ailleurs ce thème chez Mr BB...
J'ai tendance à penser que c'est peut-être ma sensibilité de femme qui fait barrage et qui me heurte un brin .
C'est là que je me différencie un peu de ton analyse, jfmoods, même si j'en partage tout à fait les grandes lignes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63313
MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes Dim 1 Avr 2012 - 20:35

oulaaaaaaaaaaaa et dire que c'est un titre que j'adore

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Angela
d'une syllabe ou deux



Féminin
Localisation : De la Seine à la Méditerranée
Nombre de messages : 1137
MessageSujet: La garconnière Dim 1 Avr 2012 - 21:26

Lili, c'est quoi ton oulaaaaaaaaaaaaa? Wink
Tu peux l'adorer, tout à fait, et je ne la déteste pas du tout mais c'est une des extrêmes, assez vénéneuse, tout de même.
Quand je dis atroce, c'est qu'elle me glace et que je la trouve sans espoir! Une sorte de danse macabre!
Ah! Désolée, j'en rajoute encore! Smile
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Débats / explications/ thèses sur les textes

Revenir en haut Aller en bas

Débats / explications/ thèses sur les textes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Débats / explications/ thèses sur les textes
» Lieder sur des textes de Heine et Kerner
» Textes de Jazz.
» The Bats - Fear Of God (1991)
» Elvira & The Bats
Page 24 sur 27Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26, 27  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les insulaires ¤ forum non officiel sur benjamin biolay :: benjamin biolay-