.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

benjamin biolay im deutschland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Sam 12 Sep 2009 - 20:37

J'avais pas fait gaffe jusque-là mais le fameux CD promo était en vente sur ebay.
J'ai essayé d'enchérir (je sais pas si je l'aurais écouté pour autant, j'étais pas tout à fait décidée sur l'idée de me spoiler ou non ) mais c'est monté beaucoup trop haut. Ca a passé la barre des 40 EUR
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Sam 12 Sep 2009 - 20:47

je ne l'avais pas dit exprès pour pas que ça monte trop au cas où l'un d'entre vous soit un enchérisseur
dingue pour le prix il était encore à 14 hier soir !

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Sam 12 Sep 2009 - 20:49

Bha c'était à 14 EUR jusqu'à 2 minutes de la fin. Et puis je suis intervenue, j'ai mis des enchères et j'ai arrêté à 40 EUR.
Bref, celui qui a gagné l'enchère, si tu me lis, ne me remercie pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Sam 12 Sep 2009 - 20:52

ah c'est ta faute ????? Laughing

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Sam 12 Sep 2009 - 20:53

Oui Cool Laughing
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Mar 20 Oct 2009 - 11:21

«Ich wäre unglücklich, todunglücklich»
Von Christoph Lenz. Aktualisiert am 20.10.2009

Benjamin Biolay ist froh, dass er nicht Posaunist geworden ist. Und erstaunlicherweise hört der Chansonnier kaum französische Musik


Er hat Songs geschrieben für Henri Salvador und Juliette Gréco, Arrangements komponiert für Carla Bruni und Stephan Eicher. Er hat Chiara Mastroianni, die Tochter von Catherine Deneuve, geheiratet, Hunderttausende Alben verkauft und nebenbei das Chanson gerettet. Jetzt sitzt Benjamin Biolay in seinem Pariser Studio, raucht und beantwortet die meisten Fragen auf eine sehr französische Weise: «Bah, oui.» Oder: «Mais, non.» Oder: «C’est comme ça.»

Herr Biolay, ist Ihnen die Freude am Erfolg vergangen?
Mmh, nein.

Aber es scheint mir, als wäre er Ihnen zumindest unangenehm.
Ich weiss nicht. Wenn ich an einem Projekt arbeite, dann will ich mit mir zufrieden sein. Erfolg, Misserfolg – das interessiert mich nicht.

Sie werden mit Serge Gainsbourg verglichen und sind in Frankreich zur Pop-Ikone geworden. Nun veröffentlichen Sie ein Album, das sehr eigensinnig ist und unfranzösisch.
Wie meinen Sie das?

«La superbe» ist nicht schön, nicht soft und – na ja – nicht besonders sexy.
Da haben Sie wohl Recht.

Es klingt eher nach dem England der 80er-Jahre. Wollen Sie Ihre französischen Fans damit erschrecken?
Nein, das ist nicht meine Absicht. Es ist einfach so, dass mich dieses «Nouvelle Chanson»-Genre nicht interessiert, kein bisschen. Ich höre fast keine französische Musik. Und ich bin auch nicht der neue Serge Gainsbourg. Dieser Vergleich langweilt mich fürchterlich. Er war ein grosser Musiker, wahrscheinlich einer der Besten. Aber ich bin ein anderer. Ich drücke mich anders aus, ich mache andere Musik, ich führe ein anderes Leben. Ich bin ein Romantiker. Das war er nicht.

Warum hat Ihr Album diese Post-Punk-Färbung erhalten?
Ich bin in den 80ern aufgewachsen. Joy Division, The Smiths – diese Bands waren meine grossen Vorbilder. Ich wollte schon immer ein Album aufnehmen, das so klingt. Letztes Jahr habe ich mein altes Plattenlabel Virgin verlassen. Jetzt ist der Druck weg. Niemand erwartet von mir, dass ich einen Hit schreibe. Niemand sagt, denk an die Single. Ich kann machen, was ich will. Also habe ich den 80er-Sound für das Album ausgewählt.

Was gefällt Ihnen an diesem Sound?
Er ist kühl und irgendwie drastisch.

Sie erzählen auf «La superbe» die Geschichte einer Liebesbeziehung, ein Drama in 22 Songs. Schreiben Sie Ihre Alben wie ein Dramatiker?
Ich arbeite immer mit einer Geschichte und einem Konzept – es gibt da eine gewisse Verwandtschaft mit Theater- oder Drehbuchautoren. Wenn ich weiss, welche Story ich erzählen will, entstehen die Songs wie von alleine.

Eine schöne Arbeitsweise.
Es geht. Man weiss nicht von vornherein, wie lange man an einem Song arbeiten muss. Manchmal ist ein Stück schon nach zehn Minuten fertig. Manchmal dauert es drei Monate.

Ihre Ehe mit Chiara Mastroianni ist vor zwei Jahren auseinandergegangen. Ist es diese Geschichte, die Sie auf «La superbe» erzählen?
Meine Texte sind nicht autobiografisch, nur persönlich.

Es ist ein sehr ernstes Album.
Ja.

Sind Sie ein ernster Mensch?
Ich nehme meine Arbeit sehr ernst.

Kürzlich haben Sie in einem Horrorfilm gespielt, wie ernst war das?
Ich habe das Privileg, selbst zu entscheiden, was ich tun will. Wenn ich mich entscheide, ein Angebot anzunehmen, bin ich mit dem ganzen Herzen dabei. Das ist eine Lebenseinstellung. Die gilt für die Musik und für die Schauspielerei, auch für den Film «La meute».

Sie spielen den Zombie-Sohn einer Zombie-Barkeeperin, die Restaurantbesucher tötet, um ihre Zombie-Familie durchzufüttern.
(Lacht) Ja, so etwa sieht meine Rolle aus. Im Film töte ich selbst auch. Die Arbeit hat mir sehr viel Spass gemacht. Aber deswegen ist es noch lange keine unseriöse Angelegenheit.

Im Februar wurden Sie für Ihre Rolle im Coming-of-Age-Film «Stella» als bester Nebendarsteller für den César nominiert. Ein erstaunlicher Werdegang für einen, der in der Provinz Violine und Posaune studiert hat. Wie erklären Sie sich das?
Ich weiss nicht, es ist, wie es ist.

Etwas genauer?
Ich war ein unruhiges Kind, ein unruhiger Teenager, und ich bin bis heute unruhig geblieben Es gibt nichts, was ich dagegen unternehmen kann. Wäre ich heute noch Posaunist, ich wäre ein sehr unglücklicher Mensch. Todunglücklich.

http://bazonline.ch/kultur/pop-und-jazz/Ich-waere-ungluecklich-todungluecklich/story/11156959

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Mar 20 Oct 2009 - 12:59

Merci Lili pour cette interview très intéressant!

Je me suis permise de traduire l'entretien.
Bon, c'est une traduction grossière, hein, faite à la va-vite. Certaines expressions doivent être typiquement germaniques mais la traduction est là Wink.
Et c'est intéressant de voir quelle image BB a dans les pays germaniques et comment il répond.



"Je serais malheureux, très malheureux"
par Christoph Lenz.


Benjamin Biolay est heureux de n'être pas devenu tromboniste professionnel. Et paradoxalement, le "chansonnier" (NDT: en Allemagne, toute la production musicale française est assimilée à la "chanson", c'est un genre là bas) écoute fort peu de musique française.

Il a écrit des titres pour Henri Salvador et Juliette Gréco, a fait les arrangements d'albums de Carla Bruni et de Stephan Eicher. Il a épousé Chiara Mastroianni, la fille de Catherine Deneuve. Vendu quelques centaines de milliers d'albums et accessoirement, sauvé la chanson française.
Aujourd'hui, on retrouve Benjamin Biolay dans son studio parisien, à fumer et à répondre à la plupart de nos questions d'une manière typiquement française: "Bah oui" ou bien "mais non. Ou "C'est comme ça".

Monsieur Biolay, avez vous perdu la joie du succès?

Hm, non.

Mais il me semble qu'il vous soit devenu du moins désagréable.

Je ne sais pas. Lorsque je travaille sur un projet, je veux être satisfait de ce que je fais. Le succès. L'échec. Ca ne m'intéresse pas.


On vous compare souvent à Gainsbourg et en France, vous êtes devenu une îcone pop. Aujourd'hui, vous publiez un album très "volontaire" et peu "français".

Que voulez vous dire?

"La superbe" n'est pas beau, pas doux, et, hé bien, pas particulièrement sexy (désirable).

Sur ça, vous avez raison

Il évoque davantage l'Angleterre des années 80. Voulez vous effrayer de cette manière vos fans français?

Non, ce n'est pas pas mon intention. C'est simplement que ce genre de la "Nouvelle Chanson" (nouvelle scène française) ne m'intéresse pas, pas du tout même.
Je n'écoute presque pas de musique française.
Et je ne suis pas le nouveau Serge Gainsbourg.
Cette comparaison m'ennuie affreusement. C'était un grand musicien, probablement l'un des meilleurs. Mais je suis différent.
Je m'exprime autrement, je fais de la musique différemment, je mène une autre vie. Je suis un romantique, quand lui ne l'était pas.


Pourquoi cette teinte musicale post-punk dans cet album?

J'ai grandi dans les années 80. Joy Division, The Smiths. Ces groupes étaient mes grands modèles! J'ai toujours voulu enregistré un album qui sonne pareillement. L'année dernière, j'ai quitté mon ancien label Virgin. Je n'ai à présent plus de pression. Personne n'attend de moi que j'écrive un tube. Personne ne me dit "pense au single". Je peux faire ce que je veux.
C'est aussi pour cette raison que j'ai choisi ce son plus années 80 pour cet album.


Qu'est ce qui vous plaît dans ce "son"?

C'est froid et quelque part drastique.


Vous racontez dans "la superbe" une histoire d'amour, un drame en 22 chansons. Ecrivez vous vos albums comme le ferait un dramaturge?

Je travaille toujours avec une histoire et un concept. Il y a là un certain lien, une certaine affinité avec les auteurs de théâtre ou scénaristes.
Lorsque je sais quelle histoire je souhaite raconter, alors les titres naissent d'eux même.

Une très belle manière de travailler.

Ca peut aller. On ne sait jamais d'emblée, combien de temps on va devoir travailler sur une chanson. Parfois, un titre peut être prêt en dix minutes. Parfois, ça dure trois mois.


Il y a deux ans, vous avez divorcé de Chiara Mastroianni. Est ce cette histoire que vous racontez dans "la superbe"?

Mes textes ne sont pas autobiographiques. Juste personnels.

C'est un album très sérieux.

Oui

Etes-vous vous-même un homme sérieux?

Je prends mon travail très au sérieux.

Récemment, vous avez joué dans un film d'horreur. C'était sérieux pour vous à quel point?
J'ai la chance de pouvoir décider moi-même, de ce que je veux faire.
Et quand je me décide à accepter un projet, alors j'y mets tout mon coeur.
C'est ma manière de vivre, de fonctionner.
Et cela vaut aussi bien pour la musique que pour la comédie, donc aussi pour le film "La Meute".

Vous jouez le fils zombie d'une barmaid zombie, qui tue les hôtes de son restaurant, pour nourrir sa famille de zombies.

(Rit) Oui, c'est à peu près à quoi ressemble mon rôle. Dans le film, je tue aussi. Je me suis beaucoup amusé dans ce rôle.
Mais ce n'est pas pour autant que je ne prends pas au sérieux ce travail.

En février, vous avez été nominé aux Césars comme meilleur second rôle pour le film "Stella". Un destin étonnant pour quelqu'un qui a étudié en province le violon et le trombone. Comment expliquez vous cela?

Je ne sais pas. C'est comme ça.


C'est-à-dire?

J'ai été un enfant agité, un ado agité, et encore aujourd'hui, je suis quelqu'un d'agité. Je ne peux rien y changer.
Si aujourd'hui, j'étais encore un tromboniste, je serais un homme très malheureux. Horriblement malheureux.


Dernière édition par Ailleursetici le Mar 20 Oct 2009 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

julien
la flamme sacrée et des converses

http://lejournaldunbridgejaune.com/

Masculin
Age : 31
Humeur : juste le fond
Localisation : dans ta bouche
Nombre de messages : 30716
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Mar 20 Oct 2009 - 13:37

merci !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Jeu 22 Oct 2009 - 2:38

http://www.galore.de/interviews/2009-09-29/benjamin-biolay

Interview très intéressante. Je la traduis demain!

29.09.09

Benjamin Biolay
„Es geht immer darum, das Leben mit Würde zu ertragen.“

Interview: Susanna Riethmüller


29.09.2009, Berlin. Mittags. Benjamin Biolay ist müde und zerknittert – er ist gerade erst aufgestanden. Joints vor dem Frühstück sind kein Problem, was die Sache nicht dynamischer macht. Wo ist der gut aussehende, stilsichere Dandy, von dem alle schwärmen, wenn vom „neuen Serge Gainsbourg“ die Rede ist, vom „Retter des Chanson“? Hier, in diesem Hotelzimmer, jedenfalls nicht. Und Achtung: Jene Beinamen mag der französische Musiker überhaupt nicht, auch wenn sie noch so sehr auf der Zunge brennen. Stattdessen also ein Gespräch über Sex, seine Mutter und die Macht von Dior-Anzügen. Und eine Erkenntnis: Vergessen ist der Dandy, vergessen ist ausgeschlafen sein, vergessen ist Gainsbourg. Braucht Biolay alles nicht. Er hat ja seine Stimme, tief und sonorig.

Früher wurde es bei mir mit der Liebe immer ganz schnell selbstzerstörerisch, düster.

Monsieur Biolay, ich kann mich nicht entscheiden: Ob ich Sie anmaßend oder einfach arrogant finden soll. Oder beides.

Benjamin Biolay: Oh, ein interessanter Einstieg. Warten Sie, ich zünde mir eine Zigarette an. Stört es Sie, wenn ich rauche?
Nein. Bitte, rauchen Sie.

Ich mache ein Fenster auf. Wieso finden Sie mich arrogant, oder anmaßend, oder sogar beides?
Wegen Ihres neuen Albums. Das heißt „La Superb“. Dafür gibt es im Deutschen zwei Übersetzungen: Einerseits Pracht, prächtig – andererseits Hochmut. Wussten Sie das?

Ein anderer Journalist hat es mir neulich erzählt. Ist noch gar nicht so lange her. Davor wusste ich das allerdings nicht, nein.
Welche der Bedeutungen trifft auf Sie zu?

Im Französischen gibt es noch eine dritte, und die meinte ich: Würde. Es geht doch immer darum, das Leben mit Würde zu ertragen, oder? Wenn dir Scheiße passiert, kannst du es vielleicht nicht ändern. Aber: Du kannst der Scheiße hoch erhobenen Hauptes in die Augen gucken.
Also handeln Ihre Songs nicht mehr vor allem von Sex, so wie früher?

Habe ich früher etwa mal gesagt, dass es in meiner Musik um Sex geht?
Nicht nur einmal. Auch Ihre Texte waren zuweilen recht eindeutig.

Doch, ja, könnte sein. Das letzte Album drehte sich ziemlich viel darum. Dieses hier, das neue, nicht so sehr.
Was hat den Sex ersetzt?

Die Drogen.
Schön, das ist ein noch dankbareres Thema. Reden wir also über Drogen?

War leider nur Spaß. Eigentlich geht es um Liebe. Und nicht nur um die Liebe zu Drogen.
Die Liebe, na ja. Nicht gerade innovativ.

Für mich schon. Früher wurde es bei mir auf diesem Gebiet immer ganz schnell selbstzerstörerisch, düster. Jetzt ist alles ein bisschen freundlicher und netter. Um Sex geht es natürlich immer noch.
Was eignet sich besser, um gute Musik draus zu machen: Liebe oder Sex?

Ich brauche dafür beides, in gleichem Maße. Liebe und Sex – wenn ich das nicht habe, fühle ich mich schwach. Das ist mein Motor.
Kann Sex heute noch Rebellion sein?

Natürlich! Obwohl, erklären Sie mir genau, wie Sie das meinen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Jeu 22 Oct 2009 - 10:43

danke ! Smile

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Galore Ven 23 Oct 2009 - 2:24

Aber bitte schön!Wink

Bon, finalement, l'entretien ne fait pas une page mais 6 sur le web Smile). Accrochez-vous donc! c'est plutôt long mais c'est très intéressant. Dans le style plutôt impertinent qui est typiquement allemand mais bizarrement, on sent BB plus à l'aise face à ça!

Enjoy!

„Le truc, c'est de supporter la vie avec dignité“
Interview: Susanna Riethmüller



Le 29 septembre 2009, Berlin. Midi. Benjamin Biolay est fatigué et « chiffonné » - il vient juste de se lever. Quelques joints avant le petit déjeuner ne semblent représenter aucun problème, ce qui ne rend pas les choses plus dynamiques.
Mais où est donc passé le séduisant dandy, au style impeccable, devant qui toutes – et tous se pâment, quand on parle du « nouveau Serge Gainsbourg », du « Sauveur de la chanson française »?
En tout cas, ce n'est pas dans cette chambre d'hôtel qu'il se trouve.
Et attention: ces petits surnoms déplaisent au musicien français, même s'ils nous brûlent la langue.
Au lieu de tout ça donc, un entretien sur le sexe, sa mère et le pouvoir des costards Dior. Et un constat: Oublié le dandy, oubliée la bonne mine, oublié Gainsbourg.
De tout ça, Biolay n'en a pas besoin. Il a pour lui sa voix, profonde et sonore.

« Autrefois, l'amour m'était toujours très rapidement quelque chose d'auto-destructeur, de sombre. »


Monsieur Biolay, je n'arrive pas à me décider: Si je dois vous trouver présomptueux ou tout simplement arrogant. Ou bien les deux.

Benjamin Biolay: Oh, intéressante entrée en matière. Un instant, je m'allume une cigarette. Ca vous dérange, si je fume?

Non. Je vous en prie, fumez.

Je vais ouvrir une fenêtre. Pourquoi me trouvez vous arrogant ou présomptueux, ou bien les deux?

A cause de votre nouvel album. Qui s'appelle « La Superbe ». Pour ce mot en allemand, il y a deux traductions. Soit la magnificence ou soit l'orgueil. Le saviez-vous?


Récemment, un autre journaliste me l'a raconté. Il n'y a pas si longtemps, d'ailleurs. Auparavant, je ne le savais pas du tout, non.

Laquelle de ces significations correspond?

En français, il y en a une troisième qui correspond. A savoir: la dignité. On doit toujours bien supporter la vie avec dignité, non? Quand il t'arrive une merde, tu ne peux peut-être rien y changer. Mais tu peux quand même face à la merde garder la tête haute et la regarder droit dans les yeux.

Donc vos chansons ne parlent plus surtout de sexe, comme autrefois?

Ai-je déjà dit autrefois, que ma musique parle de sexe?

Non, pas une fois. Mais vos textes en parlent quand même par moments de manière assez éloquente.


Si, bien sûr, peut-être bien. Le précédent album tourne relativement beaucoup autour de ce thème. Dans celui-ci, le dernier, pas tant que ça.

Qu'est ce qui a remplacé le sexe?
Les drogues.


Bien, un sujet qui porte encore plus à la réflexion. Il s'agit de drogues donc?


Je ne faisais que plaisanter. En fait, ça parle d'amour. Pas seulement d'amour pour les drogues.

Ok, l'amour. C'est pas vraiment un thème novateur

Pour moi, si. Autrefois, sur ce plan-là, tout a toujours pris très vite une teinte autodestructrice, sombre. Maintenant, c'est un peu plus sympathique. Bien sûr, on parle de sexe, aussi.

Qu'est ce qui convient davantage à la création de bonne musique: l'amour ou le sexe?

J'ai besoin des deux, pareillement. L'amour, le sexe. Quand je suis sans, je me sens faible. C'est mon moteur.

Est-ce que le sexe peut encore aujourd'hui être rebellion?

Bien sûr! Quoique. Hm, dites moi ce vous voulez dire par là, exactement.

« Pour moi, le sexe est une arme. Même si en attendant, tout est du porno soft, nous ne vivons pas, sexuellement parlant, dans une société particulièrement libre. »


Le sexe n'est plus depuis longtemps particulièrement excitant. Il est partout, à la portée de tous, sur le net...


Les valeurs... il s'agit de valeurs? En ce qui concerne cela, le sexe reste quand même la meilleure rébellion qui soit. Pour moi, elle est même une arme.
Même si tout est devenu comme un film de porno soft, aujourd'hui, nous ne vivons pas dans une société particulièrement libre, sexuellement parlant.

Ah bon?

De nos jours? Non. En Allemagne, peut-être, mais en France, le sexe reste encore un « statement » (une prise de position). Même au cinéma. Un film sur le sexe, même s'il traite en fait plus d'émotions, et que le sexe y joue un second rôle, ça reste ici un film-choc total. Enfin, si on demande aux politiciens.

Dans votre jeunesse, le sexe était une forme de rebellion?

Totalement. La seule possible.

Et celle par la musique, les fringues, les coupes, la politique? Ca ne s'utilisait pas pour esquisser la révolte?

Je n'étais pas très proche de ma mère. Elle ne m'a que rarement touché, ne m'a jamais pris dans ses bras. Elle n'était pas vraiment gentille avec moi. Nous avions peu d'argent. Des moyens modestes. Et bien sûr, le sexe était un thème totalement tabou. Lorsque un couple s'embrassait à la télé, elle m'envoyait directement dans ma chambre ou devenait totalement hystérique. « Ferme les yeux! » Attitude typique dans le milieu ouvrier.
En grandissant, à 14-15 ans, je me suis senti d'un coup, dirons nous, assez 'bourgeois'. D'avoir des relations sexuelles était la seule conséquence logique. Beaucoup de relations sexuelles.

Et votre mère?

Elle pétait un câble. Elle n'avait aucune idée d'où ça pouvait bien venir, ni ce qu'elle devait faire.
C'était fantastique!

De nos jours, le simple fait que vous couchiez avec des femmes, n'est plus vraiment « révolutionnaire ».

En tout cas, plus personne ne m'engueule pour ça, c'est vrai.

Pourquoi tant de musiciens sortent avec de très belles femmes?

Souvent, ce sont même des mannequins. Je n'y fais pas exception. Après, ça dépend du musicien; tous n'y « arrivent » pas. (Rit). La beauté, c'est important. Pas forcément chez les femmes, même si je préfère. J'ai pourtant écrit quelques bons trucs, quand j'étais seul, quand je n'avais aucune femme dans ma vie.

Vous n'avez donc pas besoin forcément de muse.

De toute façon, je n'y crois pas trop à cette histoire de muse. Je trouve ça même sexiste, ça ne me plaît pas. Quand je jouais dans mon tout premier groupe, Matea Gallion, à Lyon, à l'époque, il y avait toujours dans le studio une fille à poil. C'était chiant. Elles me faisaient pitié et j'avais honte. Que des filles s'infligent ce genre de situation.

Vous composez régulièrement pour d'autres artistes. Est-ce un hasard, si vous composez rarement pour des hommes, mais souvent pour de belles femmes? Par exemple, Keren Ann ou Carla Bruni, pour n'en citer que deux.


Sans déconner, quelqu'un m'a récemment posé cette question. Un de mes amis. Ca m'a d'ailleurs intrigué. J'ai donc regardé et constaté que ce n'était pas vrai du tout. C'est assez homogène, en fait. J'ai travaillé avec autant d'hommes que de femmes. Plutôt en tant que réalisateur.
Mais je vois où vous voulez en venir et je peux vous assurer, qu'il ne s'agit pas toujours de sexe. J'ai par exemple travaillé pour Juliette Gréco. Elle pourrait être ma grand-mère. Ou bien pour ma soeur, Coralie Clément. Elle est vraiment ma soeur, avec toutes les conséquences biologiques que ça induit.


« Le plus facile reste quand même d'écrire une chanson pour une femme, avec qui on a déjà couché. L'intimité, ça aide toujours »


Est-ce plus facile d'écrire une chanson pour une femme?

C'est plus marrant. On n'a pas souvent l'occasion de penser totalement différemment. De manière plus sensible, peut-être aussi plus sincère.
J'aime bien, quand j'écris, de temps en temps, faire comme si j'étais une fille. Je n'ai jamais composé pour un homme de mon âge, de ma génération. Probablement, parce que ce que je pourrais écrire, je pourrais aussi l'écrire pour moi-même dans une chanson.
Ce sont les différences qui rendent les choses intéressantes.

Dans une chanson destinée à une chanteuse, est-ce que vous pouvez donc mettre, tout ce qui n'a pas sa place dans vos propres textes?


Exactement. Les émotions. Les sentiments. Les peurs. Les trucs de nana, quoi. (Rit)

C'est plus facile d'écrire une chanson quand c'est pour une femme séduisante, une femme sexy, pour qui on éprouve du désir?

Le truc le plus facile, c'est quand même d'écrire pour une femme, avec qui on a déjà couché. Parce que tu en es plus proche. Et tu sais comment elle pense, ce qu'elle ressent. Enfin, dans le meilleur des cas.
Tu partages des choses avec elle, que tu ne partages vraiment qu'avec elle. Des choses, que tu n'apprendrais pas, si tu n'étais pas intime avec elle. Mais c'est quand même très particulier.
Ca reste une exception.
Par exemple, quand je bosse en tant qu'acteur, j'évite à tout prix de mêler le privé au boulot.


Donc là, vous restez bien brave et professionnel?

Hé bien. Si ça en vient jusqu'à là, je ne me priverais sûrement pas.

Avez-vous déjà utilisé votre voix pour séduire une femme?

Pardon? Non. Comment ça?

On dit de vous que vous auriez du sexe qui coule dans votre voix. Comment faites vous cela?

J'arrive tout juste à chanter correctement. Je ne trouve pas que ça sonne particulièrement sexy.

Est-ce que la cigarette rend et conserve le ton de la voix plus séduisante?

Je vous le dirais lorsque j'aurais arrêté de fumer.

Serait-ce une spécialité particulièrement maîtrisé par les français que de sonner érotique?

Pas du tout! Mais vraiment pas. Par exemple, je trouve ça beaucoup plus sexy d'entendre parler une femme allemande. Sur un de mes albums chante une chanteuse allemande, bien sûr, en français. Elle a aussi été MC, et à un moment, elle a commencé à rapper en allemand. Super sexy!
Ca m'a époustouflé!

A vrai dire, il ne me vient aucun nom de chanteur allemand, qui aurait quelque chose de sexy dans la voix. Et vous?

Et Herbert Grönemeyer alors? Lui est sexy! (NDT: argh, B.B, là, je ne suis vraiment pas. Beurk, Grönemeyer).

Vous trouvez Herbert Grönemeyer sexy?

C'est ce que dit ma mère, en tout cas. Elle est folle de lui.

Est-ce que votre mère a déjà vu Herbert Grönemeyer?

Je ne crois pas. Elle le connaît seulement de la radio. A cause de son duo avec Charles Aznavour.

Ah, ceci explique cela. Etes-vous encore en contact avec Carla Bruni? Vous avez travaillé ensemble sur son dernier album.

Non, plus trop. Elle mène maintenant une vie très absurde.

Etes-vous triste que vous l'ayez perdue pour Nicolas Sarkozy?

Carla n'était pas mon amie.

Je voulais dire, en tant que chanteuse, comme partie intégrante de la scène musicale française.

Il y a déjà tant de chanteuses en France, beaucoup de très bonnes chanteuses, belles. En tant qu'artiste, elle ne me manque pas du tout. On s'en fout de Carla Bruni.

Peu de temps après l'élection de Sarkozy aux présidentielles de 2007, vous avez exprimé publiquement vos craintes, que la culture devienne anodine, que soit fini le temps de l'individualité artistique (NDT: je suppose qu'elle induit par là « exception culturelle »). A présent, deux ans et demi plus tard, vos craintes se sont-elles confirmées?

En ce qui concerne l'accès des Français à la culture, carrément! Tout est très conservateur, en ce moment, bureaucrate. Pour moi, en tant qu'artiste: j'ai le choix. Je peux à tout moment décider de ne pas faire de nouvel album dans un pays qui me déplaît. Ou bien, pour les mêmes raisons, d'en faire un très bon.

Regrettez-vous l'âge d'or culturel qui fleurissait sous François Mitterrand, avec son ministre novateur, Jack Lang?

En tant que citoyen, comme partie prenante de la société, oui. Pas en tant que musicien. En tant que musicien, ça ne joue pas vraiment de rôle pour moi.

Parce que c'est de toute façon plus cool, pour un artiste, de la jouer non-conformiste avec un gouvernement?

Parce que le musicien qui est en moi ne s'intéresse tout simplement pas à la politique.
Le Français qui est en moi, par contre, s'y intéresse. Il ne peut pas supporter de voir que la politique devient business, que tout ne devient qu'affaire d'argent. Comme c'est le cas chez nous, en ce moment. Mais mes chansons n'en parlent de toute façon pas. Ca n'aide personne que de mélanger ces deux mondes-là.

Comment se passe votre relation avec les média français? Vous avez autrefois souvent raconté, à quel point vous vous sentiez maltraité par la presse française.

Vis-à-vis de ma musique, les journalistes ont toujours été justes. Envers moi, en tant que personne, malheureusement, toujours pas.

Pourquoi?

Parce qu'ils s'intéressent beaucoup trop à ma vie privée. Les paparazzi et tout.

Parce que vous étiez marié à l'actrice Chiara Mastroianni?

Les journaux là-bas ont réussi à donner de moi une image totalement faussée. Parfois, on me reconnaît dans la rue, et on me demande un autographe. Et en même temps, on me demande ce que je fais comme métier.

« Je travaille malheureusement beaucoup trop et n'ai pas assez de temps pour me soucier de mode. C'est pour ça que souvent, je suis horriblement mal habillé. »

Est-ce que ça vous arrive aussi à l'étranger?

Jamais. En Italie, le pays de mon ex-femme, c'est bien sûr aussi grave. J'ai fini par dire à ma maison de disque: plus d'interviews avec les Italiens. Plus une seule! Fini. Plus rien à voir. Basta.
Ca va encore, si on me pose une question d'ordre privé. Alors, je peux y répondre ou pas. Mais ça ne va plus du tout, quand on prend des photos de moi sans que je m'en aperçoive, ou des photos de ma fille.

Qu'est-ce qui vous énerve le plus? Quand la presse vous présente comme le gendre de Catherine Deneuve ou bien comme la réincarnation de Serge Gainsbourg?

C'est pareil. Même combat.

La comparaison avec Gainsbourg est faite partout, dans chaque pays? Ou surtout, en France?

Partout. Dans tous les pays. C'est toujours la même chose.

Bien qu'entretemps, on sache combien ça vous énerve?

Toujours. Partout. Et même de vous, à l'instant.

Oui mais je l'ai insinué plutôt adroitement.

C'est vrai. Et vous avez mis du temps avant d'y venir. D'habitude, le thème est immédiatement abordé.

Vous préférez parler de mode?

Très volontiers. Tout plutôt que sur Gainsbourg.

Est-ce que ça vous plaît d'être considéré comme un modèle de style?

Et pourquoi pas? J'aime avoir du style.
Mais je travaille malheureusement beaucoup trop pour avoir le temps de me préoccuper vraiment de mode. C'est pourquoi je suis souvent fringué n'importe comment.

Est-ce que le style est important pour un musicien?

Très important, même. Peu importe le style, d'ailleurs. Le principal est qu'il y en ait bien un.

Avez-vous un styliste?

Vous pensez à quoi là? Bien sûr que non!

Utilisez vous la mode pour vous exprimer? Une tenue pour affirmer quelque chose?

Carrément. Je porte par exemple assez souvent des costumes. Pour un garçon issu du milieu ouvrier, c'est la déclaration ultime. Ca parle de soi-même.

Et que nous dit votre tenue d'aujourd'hui? Un jean, un t-shirt délavé et des baskets?

Probablement, « j'étais en haut dans la valise et je suis tout propre »

Est-ce que porter un beau costume, ça aide? C'est limite un uniforme. On ne peut pas vraiment se fourvoyer avec.

Oh si, on peut avoir tout faux avec un costume, et surtout avec un beau. Croyez-moi, à mon âge, ce n'est pas du tout facile de porter un costume et de dégager la bonne aura qui va avec. Jean, t-shirt, c'est facile. Costume: dur dur.

C'est pour ça que vous ne portez plus de costumes Dior? Bien qu'Hedi Slimane vous en ait offert quelques-uns? Est-ce que c'était une erreur de les avoir portés? Le genre d' erreur que vous qualifierez de « classique ».

En soi, un costume, c'est génial. Hedi Slimane est génial. Mais je n'aurais simplement pas dû en porter un sur scène. Il donne une image de moi fausse. Je n'assumais pas vraiment, ça sonnait faux. J'étais l'erreur, pas le costume. Le costume était parfait.

'On n'est pas toujours en état de faire de la musique utilisable. Parfois, il manque l'inspiration, l'atmosphère pendant des mois. Alors je préfère faire un bon album qu'un album merdique.'

Aimez vous avoir tout sous contrôle?

Je ne suis pas un obsédé du contrôle, si c'est ce que vous voulez dire. Au contraire. Même pas avec ma musique. Quand je bosse avec quelqu'un, s'il a quelque chose à rajouter de bien, je le laisse faire. Je ne suis pas du genre à dire « non surtout, pas touche à ma chanson! »

Tout petit, vous avez appris à jouer de beaucoup d'instrument. Le violon, le tuba, le trombone.

C'est vrai, j'ai pu bénéficier d'une formation musicale très classique.

Est-ce qu'on reconnaît à vos chansons que vous n'êtes pas un autodidacte?

Etant donné que je n'ai jamais vraiment appris à composer, c'est relatif. Mais c'est quand même naturellement bien utile, de maîtriser un ou deux instruments. C'est une bonne base.

Dans votre travail en tant qu'acteur, c'est autre chose. Lorsqu'en 2004, vous avez décidé avec « Why (not) Brazil? » de faire un film...
Je ne me suis pas décidé à faire un film.

Mais?

On me l'a proposé. J'ai donc essayé. Je n'ai pas pensé d'un coup: allez, maintenant, je deviens acteur.

Est-ce qu'il vous manque les bases que vous possédez comme musicien, en tant qu'acteur?

Bien sûr et c'est ce qui m'a fait peur. Et ça voulait dire de longues nuits d'insomnie. Le soir, avant que ça commence, je voulais rentrer chez moi. C'était tellement loin de ce que j'avais fait jusqu'à présent que par moments, je ne savais pas comment tout cela fonctionnait. Et pourtant, en dépit du fait que j'ai été marié à une actrice et que nous ayons bien sûr souvent parlé de son travail. Mais pourtant... j'étais totalement perdu.

Est-ce que vous avez demandé conseil à votre belle-mère Catherine Deneuve?

Vous demanderiez à Zinedine Zidane, si vous deveniez demain soudainement footballeur?

Si c'était mon beau-père, j'irais, sans aucun doute.

Mais vous pourriez quand même échouer. Et là, ce serait encore plus la honte.

En tout cas, même improvisé, vous avez fait un bon boulot. Les critiques vous ont adoré.

C'était bien. Il se pourraît que je continue. C'est aussi une bonne inspiration pour ma musique. On apprend beaucoup de la vie, et c'est toujours utile, lorsqu'on veut faire de bonnes chansons.

Et le soir, à la fin de la journée de tournage, vous vous asseyez dans votre caravane et écrivez une chanson?

Je n'ai pas toujours ma guitare avec moi. Je ne mélange pas les deux. Quand je fais de la musique, je suis musicien, sinon du tout. Quand je joue la comédie, je suis comédien. Point. Mais j'aime beaucoup faire des films, vraiment beaucoup!

Qu'est-ce qui vous plaît là-dedans?

Qu'on soit moins seul que dans la création musicale. Le processus même de l'écriture de chansons est un isolement en soi. Mais surtout après coup: à la fin, je suis toujours seul, là, face à mes chansons. Qu'elles soient bonnes ou mauvaises, ça restera toujours de ma faute. Pour un film, c'est différent. Même si le film est mauvais, tu peux toujours en tant que comédien être bon dedans. De savoir ça possible, c'est quand même un grand soulagement.

Vous pourriez rejouer dans un groupe, comme autrefois. Ainsi, vous seriez moins exposé.

C'est trop tard. J'ai développé bien trop d'égo, entretemps. Ce serait difficile de trouver des musiciens qui jouent au même niveau que moi et qui accepteraient aussi de travailler avec moi.

Question bien pragmatique. Quelle importance pour vous d'avoir professionnellement une deuxième corde à votre arc?

On n'est pas toujours en état de faire de la musique utilisable. Parfois, des mois passent avant d'avoir la bonne inspiration et atmosphère. Est-ce qu'on doit pour autant ne rien faire pendant ce temps? Non.
On va dire donc, que je préfère faire un bon film qu'un album merdique.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 8:44

Merci ailleursetici Smile
Chouette entretien Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 10:42

très intéressant en effet, plein de choses justes et plein de choses


Citation :
Et Herbert Grönemeyer alors? Lui est sexy! (NDT: argh, B.B, là, je ne suis vraiment pas. Beurk, Grönemeyer)

et pour bb et pour la ndt Razz

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

julien
la flamme sacrée et des converses

http://lejournaldunbridgejaune.com/

Masculin
Age : 31
Humeur : juste le fond
Localisation : dans ta bouche
Nombre de messages : 30716
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 10:50

merci àmoitiélà
chouette
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 11:09

Citation :

Et Herbert Grönemeyer alors? Lui est sexy! (NDT: argh, B.B, là, je ne suis vraiment pas. Beurk, Grönemeyer)
et pour bb et pour la ndt Razz

non mais c'est vrai. On lui a jamais dit à BB que le bédo, c'est mauvais avant le petit déj' ?
http://www.youtube.com/watch?v=MH-R3UYtpig pour se faire une idée du bonhomme. On va finir par croire que je suis mauvaise langue .

En plus musicalement, c'est pas sexy mais alors pas sexy du tout. C'est tout sirupeux, beuuuuuurk.
Il me fait le même effet que Bénabar, c'est dire. Un été là-bas, j'ai eu un voisin qui à partir de 2h du matin ne passait que du Grönemeyer, bien sûr très fort, le son Smile.

J'ai bien rigolé en lisant certaines réponses de BB Razz . Le "scheiss auf Carla Bruni", c'était bien marrant pour le coup.

Et c'est intéressant de voir ce qui nous semble obséder les allemands sur les français. Tout le trip sur le sexe dans la voix, c'est vraiment quelque chose qui revient très très souvent quand on est français en Allemagne.lol!

De rien! y'a un autre entretien plus court et particulier dans la presse allemande. Vous allez voir, ça se passe même plutôt de traduction lol!.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 11:25

Ailleursetici a écrit:
non mais c'est vrai. On lui a jamais dit à BB que le bédo, c'est mauvais avant le petit déj' ?
http://www.youtube.com/watch?v=MH-R3UYtpig pour se faire une idée du bonhomme. On va finir par croire que je suis mauvaise langue .
En plus musicalement, c'est pas sexy mais alors pas sexy du tout. C'est tout sirupeux, beuuuuuurk.

je sais et suis d'accord avec toi c'est pour ça que ça m'amuse

Ailleursetici a écrit:
Il me fait le même effet que Bénabar, c'est dire. Un été là-bas, j'ai eu un voisin qui à partir de 2h du matin ne passait que du Grönemeyer, bien sûr très fort, le son Smile
.

Razz

Ailleursetici a écrit:
Et c'est intéressant de voir ce qui nous semble obséder les allemands sur les français. Tout le trip sur le sexe dans la voix, c'est vraiment quelque chose qui revient très très souvent quand on est français en Allemagne.lol!

ah bon ? lol

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Ven 23 Oct 2009 - 11:44

Il a bonne presse, le BB en Allemagne. Il ne s'embête pas Laughing .

Dans le süddeutsche zeitung magazin, y'a un entretien... sans paroles .
Le contexte est vraiment marrant!
Une question et une photo qui illustre la réponse.
C'est rigolo tout ce pantomime et ça a plutôt la pêche .
http://sz-magazin.sueddeutsche.de/texte/anzeigen/31177/sagen-sie-jetzt-nichts-benjamin-biolay

Name: Benjamin Biolay
Né le: le 20 janvier 1973 à Villefranche-sur-Saône
Profession: Musicien, acteur
Formation: Conservatoire de musique de Lyon (Tuba et violon)
Statut: Le mec cool d'en face

Benjamin Biolay ressemble à Alain Delon, compose comme Mozart, et a la présence médiatique d'un Johnny Depp: au mieux, aucune! En France, c'est un héros, en Allemagne, c'est le bon tuyau. C'est comme pour avec Herbert Grönemeyer - mais de manière inversée (ndt: ).
En tout cas, Biolay, qu'il le veuille ou non, sauve la chanson française de la mort à petit feu et veille à ce qu'on n'ait pas à toujours sortir nos vieux vinyls de Gainsbourg pendant les dîners aux chandelles. Son nouvel album "La Superbe" sort très prochainement, un album plein de charme très sud de la france, d'amour, de tragédie et de jolies mélodies, scandées par un délicat jeune homme, qui ne laisse personne lui dire ce qu'il a à faire. Pas étonnant donc, que Benjamin Biolay, même pendant notre entretien, laisse peu de côté ses joints et a l'air d'être relativement défoncé, et pas seulement à la fin du shooting.

Première photo: sur une échelle de 1 à 10, à combien évaluez vous votre dernier album?
(ndt: trop modeste là, le BB )

Deuxième photo: Il y a des gens, qui affirment que votre musique sonne comme la bande originale d'un porno des années 60. Vous en pensez quoi?

Troisième photo: A quel moment de la journée préférez vous votre cigarette? (littéralement, quelle cigarette de la journée est pour vous la plus importante?)

Quatrième photo: Vous avez été marié à Chiara Mastroianni. A quoi ressemblait votre visage lorsque vous avez appris que vous aurez pour belle-maman Catherine Deneuve?
(ndt: j'adooooooore cette photo! )

Cinquième photo: Vous avez collaboré au dernier album de Carla Bruni. Pourriez-vous envisager de soutenir aussi Nicolas Sarkozy dans sa prochaine campagne?

Sixième photo: Vous ressemblez à quoi à la fin d'une nuit réussie?

Septième photo: Vous avez été fait (tout comme Jean Claude Van Damme) Chevalier de l'ordre des Arts et des lettres. Très fier?

(ndt: quel est le crétin qui a nommé JC VD chevalier )

Voilà pour l'interview

http://sz-magazin.sueddeutsche.de/texte/anzeigen/31177/sagen-sie-jetzt-nichts-benjamin-biolay
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 11:51

C'est excellent

Et les photos sont supers

Merci beaucoup ailleursetici de prendre le temps pour les traductions
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 13:07

avec plaisir! cheers

ils sont chouettes, les journalistes allemands pour ça!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 13:28

coolllllllll cette itw sans mots Smile j'adore le concept

à la photo 2 je me suis demandé ce qu'on avait pu lui demander qu'il se marre comme ça et en effet lol!

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 13:42

je feuillettte les autres itw de ce style et celle de barbie me fait trop rire Razz

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 13:48

lili a écrit:
coolllllllll cette itw sans mots Smile j'adore le concept

à la photo 2 je me suis demandé ce qu'on avait pu lui demander qu'il se marre comme ça et en effet lol!

lol!

C'est laquelle, celle de Barbie? Barbie?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

lili
admin



Féminin
Nombre de messages : 63082
MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 13:55

oui la poupée ; elle est super décalée ça me fait rire

ils lui parlent même de sa liaison avec blaine quand elle a quitté ken et devinez ce qu'elle aimait chez lui :



ça va bien avec nos discussions capillaires du jour Razz

la réponse à ce qu'elle pense de l'émancipation : lol! et pareil pour qui a compris votre message

http://sz-magazin.sueddeutsche.de/texte/anzeigen/28391

_________________
. merci pour le grand huit .
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 13:56

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité



MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland Ven 23 Oct 2009 - 14:05

excellent!!!!
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: benjamin biolay im deutschland

Revenir en haut Aller en bas

benjamin biolay im deutschland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» MYLENE ET BENJAMIN BIOLAY
» Benjamin Biolay
» Votre Best Of Benjamin Biolay
» Benjamin Biolay à l'émission "thé ou café" (19/01/08)
» benjamin biolay im deutschland
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les insulaires ¤ forum non officiel sur benjamin biolay :: ailleurs-