.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

keren ann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19 ... 22 ... 27  Suivant
AuteurMessage
lili

lili
admin



Féminin
Humeur : il faut croire qu être heureux vaut la peine
Nombre de messages : 63710
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMer 2 Mar 2011 - 11:05

ok merci pour la réponse, dommage en effet

.

elle sera dans taratata le mardi 15 mars France 4 - 22h15

Sur le plateau de Taratata, Ayo interprète «I'm Gonna Dance» et «How Many People», tirés de son troisième album «Billie-Eve». Elle reprend également «Riot Radio», du groupe The Dead 60's. Sly Johnson chante «Hey Mama», extrait de son premier album. Keren Ann entonne «My Name Is Trouble», un extrait teinté de mélancolie de son nouvel album, et «Big in Japan», d'Alphaville, en duo avec Adrien. Rumer interprète «Am I Forgiven» et «Raindrops Keep Falling On My Head», issus de son premier opus, «Seasons of my Soul».

.

et en longue itw sur france inter dans sous les étoiles exactement le 18 mars
Revenir en haut Aller en bas
Arnkyl

Arnkyl
entre la colline qui prie et la colline qui crie



Masculin
Age : 45
Humeur : ne regrette rien
Localisation : Lyon
Nombre de messages : 1854
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMer 2 Mar 2011 - 16:25

suis curieux d'entendre big in Japan par Keren Ann Smile

merci Lili
Revenir en haut Aller en bas
Vava3003

Vava3003
si loin de chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon coeur s'emballe comme ça



Féminin
Age : 53
Localisation : Ile de France
Nombre de messages : 15604
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyJeu 3 Mar 2011 - 22:41

Keren Ann interprète "my name is trouble" pour Mode acoustique
http://videos.lesoir.be/video/iLyROoafzQEi.html
Revenir en haut Aller en bas
melvil75

melvil75
plus jamais d'horaires



Masculin
Nombre de messages : 10515
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyVen 4 Mar 2011 - 16:31

http://next.liberation.fr/musique/01012323637-keren-ann-jamais-je-n-ecrirai-sur-une-emotion-que-je-n-ai-pas-ressentie

Keren Ann: «Jamais je ne décrirai une émotion que je n'ai pas ressentie»


Perruque noir corbeau, rouge sang sur les lèvres et gros calibre: Keren Ann s'affiche en héroïne de thriller ou de film d'espionnage sur la pochette en noir et blanc de son nouvel album 101 de sortie chez EMI (la critique paraîtra dans le quotidien Libération, ce lundi).

«Comme beaucoup d'écrivains, je suis assez intriguée par des personnages iconiques de gangsters», explique la Franco-Néerlandaise, qui a explicitement intitulé le morceau d'ouverture de l'album My Name Is Trouble (Mon nom est problème) et un autre titre Blood On My Hands (Du sang sur mes mains).

Ce sixième opus solo, réalisé en marge des autres riches activités de Keren Ann – écriture de morceaux pour Sylvie Vartan, création d'un opéra gothique, etc. – s'inscrit parfaitement dans l'oeuvre de la jeune femme. Soit dix titres interprétés en anglais entre chanson, folk et pop. Rencontre décontractée avec cette auteur-compositrice-interprète de talent et de caractère.

La création
«J'ai toujours des idées de chansons, de mélodies, des textes que je note, des mots... Mais pour aller en studio et me dire je vais faire un album, j'ai besoin d'un paysage sonore, de toucher physiquement une texture sonore que j'ai besoin d'entendre. En général, je le fais quand il y a un son, une production, un album que j'ai envie d'entendre et qui n'existe pas.»

L'écriture
«Elle se nourrit de fragments de la vie qui reviennent et qui prennent forme à leur rythme. Par exemple, d'une certaine manière, l'écriture de certains morceaux de 101 a commencé il y a cinq ans. Il y a une homogénité très forte entre toutes les chansons, notamment sur le plan sonore. Le vrai concept de l'album, c'est que c'est moi, ma vie, c'est mon autobiographie. Je ne me permettrais jamais de décrire une émotion que je n'ai pas ressentie ou que je ne connais pas. Même si pour décrire cette émotion, je me sers d'une scène ou d'une narratrice. En tout cas, l'émotion dont je parle, c'est la mienne.»

Les projets parallèles
«J'écris actuellement un opéra gothique avec Bardi Johannsson [son compère islandais sur l'album Lady & Bird, ndlr]. C'est une coproduction entres les opéras d'Orléans et de Rouen. Il s'appelle Red Waters. On l'a écrit avec Sjón, un poète islandais. On a fini le libretto et les compositions. On fera une dizaine de représentations minimum.»

Les racines musicales
«Mon éducation à la chanson s'est faite avec des songwriters qui racontent l'Amérique: Dylan, Springsteen, Cohen... Mon rapport avec la France est sonore: c'est Gainsbourg, notamment en terme de production. C'est d'une certaine manière ce qui donne cette french touch à mon son. C'est là où se crée la vraie balance de mon style. Quand j'ai essayé d'inverser, parfois ça marchait, parfois non. Je trouve que quand j'écris en français, il y a d'autres fragments de mon histoire et de mon expérience qui ressortent.»

La reconnaissance
«C'est vrai que par moments, je suis un peu triste que ma musique ne soit pas plus connue, car elle a un potentiel populaire et n'est pas inaccessible. Mais je ne contrôle pas cela et je ne peux pas en vouloir à qui que ce soit. D'autant que la critique souligne la qualité de mon travail, que j'ai une base de fans très solide et que ma vie artistique est riche et ma carrière très solide. Ce qui me permet de passer d'un projet à l'autre.»

Les singles
«J'adore les chansons catchy et les mélodies. Lay Your Head On, sur le précédent album, est un beau single. Sur 101, je pense que My Name Is Trouble est très catchy. Ça reste dans mon univers. Mais je n'arrive pas suffisamment à l'analyser pour faire des tubes volontairement. Après, ce qui me rend triste aujourd'hui dans la manière d'écouter de la musique, c'est que chez moi on écoutait des vinyls, pas un morceau par ci un morceau par là comme aujourd'hui. J'aimerais bien qu'on écoute mon album du début à la fin. J'espère que c'est encore possible.»

Sur la platine
«Je suis fan depuis toujours Ratatat, le groupe de Brooklyn. Ils ont un vrai paysage sonore qui leur est propre. L'album de Black Keys m'a retourné au niveau de la production. Ce sont les deux projets du moment que j'adore. Bon, évidemment, Josh Homme [Queens Of The Age, ndlr] reste le crooner le plus fort de nos jours. Il sait à la fois exprimer des choses douces et violentes, et dans les deux cas ça te rentre directement dans le ventre. C'est un pur chanteur.»

La bougeotte
«J'ai trois lieux de vie. En ce moment, ma base est Paris, où j'ai toujours mon appartement à Montmartre. Mais ces deux dernières années, ma base était Tel Aviv. Notamment à cause des soucis de santé de mon père, mais aussi de mon mari qui vit là-bas. Même si j'y ai vendu mon appartement, je passe toujours autant de temps à New York. J'appelle cette ville “mon amant”.»

La vie, la mort
En faisant 101, je m'occupais de mon père qui s'éteignait doucement et lentement. C'est très douloureux de voir quelqu'un d'une telle faiblesse. Il fallait donc que je sois cette femme qui gère, qui assure. Je pense que je suis quelqu'un de fort dans la vie, je n'ai jamais été fragile. Mais dans cet album particulièrement, il fallait pas que je craque. Je sais gérer mes pures émotions sans forcément lâcher prise, toujours avec une passion pour la vie.»

La ville
«Tel Aviv, Paris, New York, Reykjavik: j'ai besoin de savoir que je n'ai pas qu'un seul endroit où pouvoir aller. J'ai le besoin d'avoir des vies parallèles. Cela reste toujours dans des environnements assez urbains, car je suis très attachée à la ville. J'ai grandi à Césarée (en Israël), c'était la pure nature à l'école au bord de la mer. Mais je suis devenue citadine.»

La France
«Il y a plein de choses qui m'agacent dans la mentalité française qui sont ancrées chez moi. Je suis une vraie Française pour le bon et le mauvais. Le côté épicurien, le côté drame, le côté à toujours essayer de trouver la touche romancée ou artistique dans les choses, même si ça peut m'énerver. Je ne suis pas dramaturge, je suis cartésienne. Je me rends compte que quand je suis en France, je suis beaucoup plus prise et hantée par la région du Moyen-Orient que je ne le suis en Israël.»

Israël
«L'hypocrisie de l'Occident m'énerve, par rapport au fait qu'Israël est une démocratie et que certes une démocratie par moments peut avoir un gouvernement merdique comme l'a été la période de Bush aux Etats-Unis et certaines périodes ici. Mais on ne va pas pour autant utiliser des noms comme apartheid et génocide à son sujet. C'est une région qui est en état de guerre. C'est complexe et fragile. Il y a certainement des erreurs comme il y en a toujours pendant la guerre. Il est très facile de rester sur une terre calme et de critiquer. J'entends des choses qui me font mal en France. Alors qu'en Israël je suis purement française. C'est ça qui est dingue: je ne veux pas être l'avocate du Diable, mais malgré moi je le deviens par moment.»

Le boycott par des artistes français
«On a parfois tendance en France à oublier que pour avoir ce calme, ce confort de vivre ici, on a dû passer par plein de choses. On n'arrive pas à accepter qu'il y a encore des terres, des pays et des endroits qui n'ont pas ce luxe. Je trouve ce boycott navrant car on peut aller en Israël pour dire ce qu'on a à dire. C'est pas comme en Chine où tu signes un papier avant d'y aller en t'engageant à ne pas aborder certains sujets. Ce n'est pas en n'y allant pas qu'on est engagé. C'est au contraire en y allant qu'on s'engage. Moi j'encourage ces gens à se rendre en Israël et à dire les choses qu'ils pensent. En n'y allant pas, on est suisse. Et ça, ça m'énerve. Je ne pense pas qu'on a le luxe d'être neutre aujourd'hui.»
Revenir en haut Aller en bas
Arnkyl

Arnkyl
entre la colline qui prie et la colline qui crie



Masculin
Age : 45
Humeur : ne regrette rien
Localisation : Lyon
Nombre de messages : 1854
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyVen 4 Mar 2011 - 21:05

melvil75 a écrit:

La vie, la mort
En faisant 101, je m'occupais de mon père qui s'éteignait doucement et lentement. C'est très douloureux de voir quelqu'un d'une telle faiblesse.

ça pourrait expliquer la chanson "daddy, you been on my mind" en clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
jfmoods

jfmoods
un air de savoir



Masculin
Nombre de messages : 4799
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyVen 4 Mar 2011 - 21:46

Cet album est loin de me laisser indifférent... mais je ne peux m'empêcher de le trouver un peu tristoune. Bref : J'ai du mal à adhérer complètement à "101" pour l'instant. keren ann - Page 18 555130
Revenir en haut Aller en bas
frenetik

frenetik
mélancolique et alors

http://www.pinkfrenetik.com/blog

Masculin
Age : 33
Humeur : Si tu refuses de te rendre // Je ne viendrai plus jamais
Localisation : Paris / Paris
Nombre de messages : 510
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyDim 6 Mar 2011 - 20:18

Ca sera le 25 pour moi... On m'a offert la place.
Revenir en haut Aller en bas
Med

Med
la guitare en bandoulière



Masculin
Age : 25
Localisation : across the universe
Nombre de messages : 8677
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyLun 7 Mar 2011 - 19:22

Revenir en haut Aller en bas
Vava3003

Vava3003
si loin de chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon coeur s'emballe comme ça



Féminin
Age : 53
Localisation : Ile de France
Nombre de messages : 15604
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMar 8 Mar 2011 - 21:56

Keren Ann : la poésie des gangsters
http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/t/61164/date/2011-03-08/article/-5b3c133965/


Meurtres et humour noir hantent le nouvel album de Keren Ann, musicienne solitaire et surdouée. Entretien, critique et écoute.

Qui dit 101, dit dalmatiens. Mais c’est aussi le nombre d’étages d’un gratte-ciel de Taïwan, le Taipei 101, qui a inspiré à Keren Ann le titre de son nouvel album. Un nombre palindrome, qui colle parfaitement à la démarche de cette musicienne dont la vie est un éternel recommencement, une succession de départs, d’allers et de retours.

Avec un studio personnel installé dans quatre métropoles (New York, Paris, Reykjavík, Tel-Aviv), Keren Ann est une voyageuse solitaire et une musicienne hyperactive. En marge de ses oeuvres personnelles, on l’a vue ces derniers mois réaliser les albums d’Emmanuelle Seigner et de Sylvie Vartan, composer une BO de film (Thelma, Louise et Chantal), ou plancher sur l’écriture d’un opéra classique.

Une décennie après la pièce à quatre mains agencée avec Benjamin Biolay pour Henri Salvador, on retrouve donc Keren Ann avec un nouvel album fait maison. Sixième acte d’une discographie sans faux pas, 101 se dévoilait il y a plusieurs semaines via un prodigieux single. Electronique, transparent et pur comme de l’eau de source, My Name Is Trouble ouvre ce recueil éblouissant, qui voit la musicienne s’éloigner toujours plus de l’aridité folk de ses débuts pour explorer des climats changeants et orageux, mais sans perdre en route la pudeur magnifique dont elle est, depuis les premiers arpèges de La Biographie de Luka Philipsen (2000), la grande (Ke)reine.

Nappes d’arrangements, orchestrations d’orfèvre, choeurs en apesanteur : 101 est un disque mille-feuille fascinant et sombre. Un album à étages qui visite les fantasmes sombres de la musicienne et la mort, mais qu’un curieux humour noir, dans les textes comme dans l’artwork, vient régulièrement détourner. Rencontre avec son architecte, spécialiste de la haute voltige.


ENTRETIEN >

101 est ton sixième disque publié en dix ans. Comment appréhendes-tu la sortie de tes albums ?
Keren Ann – Je me sens très bien car je suis déjà occupée à d’autres projets. Je travaille sur l’écriture d’un opéra classique, Red Waters, avec Bardi (Jóhannsson, le musicien islandais avec qui elle partage le projet Lady & Bird – ndlr), qui sera mis en scène à Orléans, puis à Caen et à Rouen. Maintenant que le single est sorti, j’ai hâte que l’album paraisse car j’envisage toujours mes disques comme des oeuvres complètes, où chaque titre a son rôle, où l’ordre des morceaux a un sens.

Comment l’univers de cet album, à la fois noir et joueur, t’a-t-il été inspiré ?
Chaque disque a à voir avec ce que je vis. Pas forcément au moment de la composition : parfois, quelque chose du passé revient. Mais ça reste personnel. 101 a une singularité : il m’a permis de développer un certain humour noir, un regard décalé sur les drames de ma vie. Je dis “drame” même si je n’aime pas trop ce mot, d’autant que j’ai appris à accepter ce qui m’arrivait. Peut-être devrais-je plutôt parler d’obstacles.

Tu fais référence à la disparition de ton père ?
Ce n’est peut-être pas tant sa mort que sa maladie qui m’a inspirée. J’étais une vraie fille à papa, j’ai toujours eu un regard et des sentiments très forts pour cet homme qui m’a appris énormément de choses. Etre près de lui pendant sa maladie, pendant sa perte de poids, a certainement eu un impact sur ma créativité. On doit rester fort, être là pour quelqu’un qu’on aime, réussir à l’accompagner. Le décalage entre la force que j’ai trouvée en moi à ce moment-là et la difficulté à vivre ce genre de choses m’a permis d’écrire sans me poser de questions, sans chercher à savoir si c’était poétique ou non. Avant, je me demandais cent fois si je devais enrichir tel titre, alléger tel autre. Quand on côtoie la mort, c’est comme si on était drogué. On s’autorise certainement plus de choses.

101 n’est pas un disque totalement sombre…
J’aime les nuances, les équilibres : si le morceau est sombre, le propos sera plus léger. C’est ce qui m’a poussée à développer l’artwork de l’album, ce côté dark avec le sourire aux lèvres… J’ai toujours adoré l’humour noir, cette façon propre au cinéma américain de raconter des drames de manière simple et accessible, comme chez Hitchcock ou Tarantino. J’aime cette façon décalée de parler de meurtre, de crime, de sang. L’écriture permet ce fantasme : se mettre dans la peau de n’importe qui, même d’une personne capable de meurtre. Je ne choisis pas des héros qui suivent le droit chemin, je peux être touchée par chaque manière de voir les choses, la vie, la mort. Et puis j’aime le romantisme, la poésie des gangsters, la fascination que peut provoquer la lecture d’un texte de Bonnie Parker. C’est quelque chose de très présent dans le cinéma mais qui a aussi irrigué la musique. Chez Lee Hazlewood, on retrouve ces intrigues, ces histoires de cow-boys, ces criminels amoureux.

On t’a découverte en même temps que Benjamin Biolay, il y a dix ans. Il est devenu un personnage public mais on sait très peu de choses sur toi…
Je préserve ma vie privée. Je dévoile des émotions et des fantasmes dans ma musique, mais ça ne dit rien d’officiel sur ma vie personnelle. Je pense que ça n’a d’intérêt pour personne. Peut-être cette opacité est-elle aussi liée à mon mode de vie nomade : il m’est difficile de rester plus de six mois dans le même pays, je suis toujours en mouvement. J’ai besoin du départ, du voyage, d’une vie frivole. Besoin de me lasser d’un lieu et de me languir d’un autre.

Le morceau final de l’album est une succession de 101 références et de souvenirs… Pourquoi ce nombre ?
D’abord, il y a le psaume 101 de la Bible, qui porte mes initiales et auquel je me suis intéressée. Et puis, un jour, je me suis retrouvée à Taïwan, au cent-unième et dernier étage du gratte-ciel Taipei 101. Quand on se retrouve en haut d’un building comme celui-ci et qu’on regarde le sol, on peut facilement imaginer ce qui se trame dans les rues, dans la sous-ville. J’ai été émue par ce décalage entre les gros boulevards et les petites ruelles, avec tout ce que ça laisse deviner d’histoires cachées. En redescendant chaque étage, j’ai eu l’idée d’un décompte. Le principe était de trouver un souvenir lié à chaque nombre et, à chaque fois, de provoquer une émotion. Cela concerne aussi bien des références personnelles que des choses universelles, comme les fameuses quinze minutes de célébrité de Warhol.

Gérer un studio, produire ses propres disques, collectionner les instruments… Sans cliché ni raccourci, ton univers est plutôt masculin. T’est-il arrivé de te sentir seule en tant que femme ?
J’ai tenu, dès le départ, à investir dans les micros, les compresseurs, les amplis, les machines, les effets, et bien sûr les guitares et les claviers. C’est ce qui fait mon son aujourd’hui. C’est effectivement un univers assez masculin, où l’on croise peu de femmes. Il y a Edith Fambuena (ancienne musicienne des Valentins qui a produit des albums de Bashung, Miossec, Etienne Daho – ndlr) avec qui je peux parler de choses techniques pendant des heures. J’accorde beaucoup d’importance à l’aspect technique, au son des disques. La pièce, la hauteur de plafond du studio dans lequel j’enregistre, le son mat d’une batterie, tout compte. Le son est une partie aussi essentielle que l’écriture ou la composition d’une chanson. C’est un choix esthétique, panoramique.

Tu composes et produis seule. Est-il facile d’être sa propre juge ?
J’ai beaucoup appris en réalisant des projets pour les autres. Ne pas être la personne au centre, c’est quelque chose dont on tire très vite des enseignements. Il faut aussi trouver un équilibre : être à la fois artiste et producteur, savoir différencier les rôles. Lorsqu’on travaille pour les autres, on voit vite ce qui ne va pas. Pour soi, c’est moins évident, il faut prendre du recul. Pour autant, l’exercice n’est pas schizophrène car tout est conscient. On a tous, je crois, cette capacité à se dédoubler dans la vie. Je m’occupe aussi de mon label, de mon business. Ça n’a rien à voir de gérer le budget d’une tournée et de faire les arrangements d’un morceau. C’est une capacité symptomatique de ma génération : la plupart des artistes que je côtoie, en France, aux Etats-Unis ou en Islande, n’ont pas eu d’autre choix que de développer ce côté do-it-yourself. Ce sont souvent des gens qui ont dû bâtir seuls leur propre empire, en étant aussi compétents dans le studio que dans la gestion de carrière. Il me semble que c’est devenu indispensable, dans le contexte de l’industrie du disque, de savoir faire les choses seul.
Revenir en haut Aller en bas
lili

lili
admin



Féminin
Humeur : il faut croire qu être heureux vaut la peine
Nombre de messages : 63710
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMer 9 Mar 2011 - 12:12

Revenir en haut Aller en bas
lili

lili
admin



Féminin
Humeur : il faut croire qu être heureux vaut la peine
Nombre de messages : 63710
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyVen 11 Mar 2011 - 15:34

arte lounge (concert de barcelone) est à revoir ici http://videos.arte.tv/fr/videos/arte_lounge-3747624.html

.

jeudi 24 mars (nuit de m à j) Canal+ - 00h15 Concert privé : Keren Ann

La chanteuse Keren Ann se produit pour un live exceptionnel et intimiste.

.

invitée de on n'est pas couché sur france 2 le 17 mars (je suis curieuse de la voir dans cette émission)

.

dimanche soir (13) de 23h à 1h dans 'on connait la musique' sur europe 1
Revenir en haut Aller en bas
Arnkyl

Arnkyl
entre la colline qui prie et la colline qui crie



Masculin
Age : 45
Humeur : ne regrette rien
Localisation : Lyon
Nombre de messages : 1854
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptySam 12 Mar 2011 - 12:24

Elle a pas fait Le Grand Journal ou je l'ai loupé ???
étonnant, le moindre people a toujours son 1/4 d'heure de "gloire" dans cette émission keren ann - Page 18 346915
Revenir en haut Aller en bas
Vava3003

Vava3003
si loin de chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon coeur s'emballe comme ça



Féminin
Age : 53
Localisation : Ile de France
Nombre de messages : 15604
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyDim 13 Mar 2011 - 22:03

Keren Ann: l’interview FAIL
http://tv.yagg.com/2011/03/11/keren-ann-linterview-fail/
Il y a des interviews comme ça où journaliste et interviewé-e ne sont pas d’accord sur grand-chose. C’était le cas pour cette rencontre avec Keren Ann, où il était question en vrac de son nouvel album, 101, de My name is trouble, son intrigant single, de coiffure et de sa carrière…
Voici donc notre interview de Keren Ann, avec un montage malicieux de Maxime Donzel.

Revenir en haut Aller en bas
melvil75

melvil75
plus jamais d'horaires



Masculin
Nombre de messages : 10515
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyDim 13 Mar 2011 - 22:40

lol! Diiingue, pas une seule question pertinente keren ann - Page 18 250194 Razz
Revenir en haut Aller en bas
lili

lili
admin



Féminin
Humeur : il faut croire qu être heureux vaut la peine
Nombre de messages : 63710
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyLun 14 Mar 2011 - 10:35

oui c'est particulier comme itw Cool
Revenir en haut Aller en bas
Arnkyl

Arnkyl
entre la colline qui prie et la colline qui crie



Masculin
Age : 45
Humeur : ne regrette rien
Localisation : Lyon
Nombre de messages : 1854
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyLun 14 Mar 2011 - 12:03

je la trouve pas si idiote cette itw.... chez Denisot elle aurait parlé bien moins de sa musique Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
melvil75

melvil75
plus jamais d'horaires



Masculin
Nombre de messages : 10515
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyLun 14 Mar 2011 - 16:20

C'est juste que le type n'a pas préparé son itw ça se voit tout de suite mais j'avoue que comme KA a pris le parti d'en rire les réponses sont plutôt pas mal c'est vrai keren ann - Page 18 329580
Revenir en haut Aller en bas
Vava3003

Vava3003
si loin de chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon coeur s'emballe comme ça



Féminin
Age : 53
Localisation : Ile de France
Nombre de messages : 15604
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMar 15 Mar 2011 - 22:21

Ce soir a Taratata sur F4
Revenir en haut Aller en bas
Wilder Wein

Wilder Wein




Féminin
Humeur : Je suis un Apache, je suis un Indien
Localisation : (59)
Nombre de messages : 53
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMar 15 Mar 2011 - 22:28

Quoi, C'est ELLE Keren Ann ?! affraid J'aime pas du tout ce qu'elle fait No Sad
Revenir en haut Aller en bas
Vava3003

Vava3003
si loin de chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon coeur s'emballe comme ça



Féminin
Age : 53
Localisation : Ile de France
Nombre de messages : 15604
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMar 15 Mar 2011 - 22:32

Mon dieu quelle découverte Wilder Wein keren ann - Page 18 20380
Revenir en haut Aller en bas
melvil75

melvil75
plus jamais d'horaires



Masculin
Nombre de messages : 10515
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMar 15 Mar 2011 - 22:36

Ça a le mérite d'etre cash wilder wein keren ann - Page 18 127652
Revenir en haut Aller en bas
Vava3003

Vava3003
si loin de chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon coeur s'emballe comme ça



Féminin
Age : 53
Localisation : Ile de France
Nombre de messages : 15604
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMar 15 Mar 2011 - 23:02

whaou ! les shoes de compet keren ann - Page 18 85034
Revenir en haut Aller en bas
melvil75

melvil75
plus jamais d'horaires



Masculin
Nombre de messages : 10515
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMar 15 Mar 2011 - 23:06

lol! N'empêche j'adore le côté électro très poussé de cette version live de "my name is trouble" drunken Même si l'album n'est pas à l'image du titre keren ann - Page 18 733633
Revenir en haut Aller en bas
Vava3003

Vava3003
si loin de chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon coeur s'emballe comme ça



Féminin
Age : 53
Localisation : Ile de France
Nombre de messages : 15604
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMar 15 Mar 2011 - 23:07

oui chouette version live drunken
Revenir en haut Aller en bas
Vava3003

Vava3003
si loin de chez moi, je ne comprends pas pourquoi mon coeur s'emballe comme ça



Féminin
Age : 53
Localisation : Ile de France
Nombre de messages : 15604
keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 EmptyMar 15 Mar 2011 - 23:09

sympa le portrait
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




keren ann - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: keren ann keren ann - Page 18 Empty

Revenir en haut Aller en bas

keren ann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 18 sur 27Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19 ... 22 ... 27  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les insulaires ¤ forum non officiel sur benjamin biolay :: ailleurs-